Haut_debit.JPGDe nouvelles installations vont bientôt permettre à plus de 95 % des foyers arlésiens d’accéder au haut débit et fourniront aux entreprises un service de qualité.
Au XXIe siècle, il faut entretenir et améliorer les réseaux de communications au même titre que les voiries, adduction d’eau ou assainissement. Conscients de cet enjeu pour le développement du territoire, l’ACCM, le Pays d’Arles, la Ville d’Arles et le Parc de Camargue ont lancé plusieurs études pour déployer le réseau haut débit, dans le cadre du plan Europe-Région « boucle locale haut débit » (BLHD).

Un réseau élargi de fibre optique

Le centre ancien d’Arles est bien desservi actuellement en ADSL* de même que les secteurs de Salin-de-Giraud , Mas-Thibert, Raphèle et Moulès. Les problèmes de qualité de connexion se posent à la périphérie des zones agglomérées dès que l’on est trop éloigné (plus de 4 kilomètres) du central de France-Télécom ou d’un relais appelé répartiteur. Pour améliorer cette situation sur le plateau de Pont-de-Crau, à Gimeaux , au nord d’Arles ainsi qu’à Saliers de nouveaux « répartiteurs » seront installés en bout de réseau et reliés aux kilomètres de fibre optique posés à travers Arles. Le périmètre couvert augmente ainsi de 4 km autour de chaque répartiteur. En effet le long d’un réseau de fibre optique, le signal ne s’atténue pas en fonction de la distance.

Le réseau de fibre optique va traverser l’ensemble de l’agglomération du nord au sud et d’est en ouest grâce à plusieurs chantiers .

Rationaliser les investissements publics

Nicolas Issart, directeur du service informatique et télécommunication de la ville d’Arles, pilote le projet pour le compte de la communauté d’agglomération. « Au moment où nous mettons en œuvre le renforcement de la desserte d’Arles, Electricité et réseau de France creuse ses tranchées et la région Languedoc-Roussillon lance un chantier pour rattacher le village de Fourques dans le Gard au central France-Télécom d’Arles. Nous profitons de cette conjoncture pour ajouter de la fibre optique sur leurs tracés et augmenter notre propre réseau vers les zones mal desservies. Cela permet de rationaliser les investissements publics . »;

Certains chantiers s’achèvent début 2011, d’autres démarrent. Fin 2012 plus de 95% des foyers arlésiens devraient passer en haut-débit ADSL.

Fabienne Pautonnier est conseillère municipale déléguée aux nouvelles technologies : « Ce sont des progrès qui répondent aux préoccupations des habitants. Notre territoire d’habitat dispersé n’intéresse pas les opérateurs téléphoniques et fournisseurs d’accès internet. Les collectivités ont dû se substituer à eux pour construire les équipements nécessaires. » explique-t-elle.

Outre l’accès internet haut débit, et même très haut débit en 2019, cette croix de fibre optique publique (environ 20 km de réseau) permettra à la Ville de gérer plusieurs systèmes à distance. (circulation, télé-assistance, bornes d’ouverture) et de réduire les dépenses télécom …

La téléphonie mobile améliorée

Actuellement certaines zones de la commune sont mal couvertes comme l’est de Pont de Crau, la périphérie de Raphèle, Mas Thibert, Mas d’Agon, le Paty de la Trinité.

L’opérateur Orange pose cette année trois nouveaux relais sur les châteaux d’eau de Pont de Crau, Raphèle et Mas-Thibert qui permettront au réseau 3G* de fonctionner dans un rayon de 5 kilomètres autour de chaque antenne.

ACCM et la ville d’Arles poursuivront dans les années à venir ces efforts d’équipement sur le territoire arlésien. Une commission municipale suit le dossier avec les associations compétentes.

LEXIQUE

  • La 3G

La troisième génération (3G) de téléphones portables permet de regarder la télévision sur son téléphone, voir son correspondant quand on l’appelle… et nécessite donc un haut débit de transmission.

  • Chantier fibre optique (boucle locale de haut débit)

Le coût total des travaux s’élève à 1,1 million d’euros (le projet de l’ACCM comprend aussi Tarascon et Saint-Martin-de-Crau). Ils sont financés à 18% par l’union européenne, 40% par la région PACA, 18 % par le Conseil général et 24% par l’ACCM.

  • Sept répartiteurs supplémentaires

La Ville installe 2 répartiteurs à Gimeaux, 2 en zone industrielle Nord, 1 à Pont-de-Crau, le Parc de Camargue assure les travaux pour celui de Saliers et France-télécom pour celui de Pont-de-Crau (champ de tir).

  • Triple play

Le haut-débit permet de s’abonner aux offres « triple-play » un forfait unique pour la télévision, l’internet et le téléphone fixe.

  • ADSL

Le sigle anglais ADSL signifie Asymetric Digital Subscriber Line, qui se traduit fonctionnellement par « liaison numérique à débit asymétrique sur la ligne de l’abonné ». Cette technologie permet de faire transiter sur le même réseau des données internet, du téléphone, de la télévision.