Cloître Saint-Trophime : test de nettoyage au laser, 2009Des visites commentées des travaux de restauration du cloitre sont organisées pendant les Journées du Patrimoine.
Le Cloître Saint-Trophime, bijou de l’art roman et gothique, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, fait l’objet d’une restauration minutieuse.
Édifice bâti entre les XIIe et XIVe siècles, le cloître arlésien a traversé les époques en subissant les outrages du temps.
La restauration est en cours succédant aux état des lieux et diagnostic de mise.
Les différentes galeries seront traitées les unes après les autres. Actuellement, c’est la partie nord.
Pendant les Journées européennes du patrimoine, on pourra suivre les visites commentées du chantier par les restaurateurs Michel Bozzi ou Agatha Dmochowska-Brasseur, et par Cécile Gasc, animatrice de l’architecture et du patrimoine. Sur réservation jusqu’au vendredi 15 septembre à 17h au 04 90 49 38 20.

Des dégradations donnent, aujourd’hui,aux piliers du Cloître Saint-Trophime, à ses chapiteaux sculptés et aux galeries, un aspect triste et sombre.
Un état des lieux et un diagnostic, datant de 2006, ont révélé que la pierre et le marbre étaient attaqués par la pollution atmosphérique et les effets du climat. Depuis, des travaux préalables à la restauration ont été réalisés. Ils ont notamment consisté à résoudre le problème de l’écoulement de l’eau en créant un système d’évacuation performant, tandis que le préau a reçu un aménagement minéral plutôt que végétal trop gourmand en eau. Cette phase préventive étant terminée, le chantier de restauration a été mis en place selon un protocole conseillé par un Comité scientifique présidé par l’inspecteur général des Monuments Historiques, François Goven. Les sculptures retrouvent peu à peu leur aspect et couleur d’origine grâce à une technique de micro-abrasion. Ce chantier de longue haleine est financé par l’État, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, le Conseil régional Paca et la ville d’Arles avec l’aide du mécénat du World Monument Fund.