fresque verrerie trinquetaille db

Le mur de la maison romaine de Trinquetaille est tapissé d’une fresque en enduit coloré. photo Daniel Bounias – ville d’Arles

« Sur ce chantier, nous allons de surprise en surprise, » s’enthousiasme l’archéologue Marie-Pierre Rothé au cours de la présentation des vestiges mis à jour sur le site de la Verrerie de Trinquetaille.

Ici on touche à la période antique d’Arles. Les tranchées creusées dans le sol révèlent l’ossature d’un bâtiment datant du Ier siècle avant Jésus-Christ, dont la partie inférieure d’un des murs est couverte d’une fresque peinte. Volutes, rosaces, dessins géométriques aux couleurs chatoyantes donnent déjà une idée de ce qui a existé à cet endroit : une luxueuse maison romaine qui possédait un décor comparable à celui d’une villa de Pompéi.  Le lieu en question correspondrait à une chambre. L’interprétation des éléments d’enduit découverts repose sur les épaules de Julien Boislève, spécialiste de l’étude des peintures et stucs romains (ou toichographologue). Selon lui, ces peintures murales constituent l’ensemble de style pompéien in situ le mieux conservé de France et le premier de ce genre mis à jour à Arles. Une nouvelle fois de l’inédit dans le patrimoine historique arlésien.
Cette campagne de fouilles programmée par la commission interrégionale de recherche archéologique est dirigée par Marie-Pierre Rothé et Alain Genot, archéologues au musée départemental Arles antique, en partenariat avec la Ville. Sur le terrain des étudiants, des passionnés d’archéologie participent aux recherches, aux côtés de scientifiques et historiens. A partir de demain, mercredi 23 juillet 2014, le responsable du secteur mosaïques du MDAA, Patrick Blanc, et son équipe vont procéder à la dépose de la fresque afin de la conserver et de la protéger dans les meilleures conditions. Quinze jours seront nécessaires pour prélever ce trésor avec toutes les précautions qui s’imposent, vu sa fragilité. Au terme de l’opération, le chantier sera fermé et reprendra au printemps 2015.
Et il faudra attendre un certain temps, celui de la restauration, avant d’admirer au musée bleu, ces peintures ainsi que la reconstitution faite à partir des fragments de plafonds, de colonnes, retrouvés sur le site, autant de pièces d’un grand puzzle. Cet ensemble rejoindra alors les fameuses mosaïques de L’Aïon et de la Méduse découvertes dans les années 1980 à proximité de la maison romaine de Trinquetaille.

fresque verrerie trinquetaille db

Les archéologues présentent la fresque. photo Daniel Bounias – ville d’Arles