Pendant que le chantier du Parc des Ateliers se poursuit à un rythme soutenu, la programmation de la Fondation LUMA passe à la vitesse supérieure. Et dès cet été, la diversité des événements programmés préfigure de tout ce qu’ elle offrira dès les travaux achevés, en 2018.

Présentation du programme été 2016 de Luma Arles au parc des Ateliers.

Maja Hoffmann, entourée de Liam Gillick, Bas Smets, Benjamin Millepied (à partir de la gauche) et d’Annabelle Seldorf, Hans Ulrich Obrist, Beatrix Ruf, Tom Eccles, Philippe Rahm, dans l’Atelier de la Mécanique. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles

Le 5 juillet 2016, Maja Hoffmann, présidente de la Fondation, a tenu une conférence de presse, entourée de quelques-uns des artistes qui travaillent avec elle à définir la programmation de la Fondation, de ceux qui se produisent cet été au Parc des Ateliers, mais aussi de l’architecte Annabelle Selldorf qui signe la réhabilitation des ateliers. Maja Hoffmann a réaffirmé sa volonté d’inscrire « les valeurs de dignité humaine et loyauté environnementale au coeur de notre démarche de production artistique ».

La conférence de presse se tenait à l’Atelier de la Mécanique, tout fraîchement achevé,  qui accueillera dans les jours qui viennent les représentations de la compagnie créée et dirigée par le danseur et chorégraphe Benjamin Millepied.

Benjamin Millepied, chorégraphe en résidence à la fondation LUMA cet été et pendant 3 ans. photo O. Quérette/ektadoc/ville d'Arles.

Benjamin Millepied, chorégraphe en résidence à la fondation LUMA cet été et pendant 3 ans. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

C’est en effet la dernière surprise en date de la fondation LUMA : accueillir cette compagnie, L.A Project, à raison de 5 semaine par an pendant 3 ans, pour créer et répéter des ballets et travailler avec les artistes d’autres disciplines présents sur le site. « C’est une opportunité unique, une chance pour le futur artistique de la compagnie, de venir travailler ici, a confirmé le chorégraphe. « Ce que nous proposons cet été et en septembre ne sera que le début de collaborations futures et diverses avec les artistes et d’échange avec le public. » La compagnie de Benjamin Millepied propose plusieurs représentations entre le 7 et 13 juillet et entre le 23 et le 25 septembre (voir luma-arles.org)

L’Atelier de la Mécanique abrite également Systematically Open ?, une exposition qui réunit quatre artistes, tandis que la Grande Halle et le Magasin électrique accueillent plusieurs expositions des Rencontres de la photo. Toutes trouvent dans ces bâtiments des espaces propices à des mises en scène originales.

Outre les premiers bâtiments restaurés par Annabelle Selldorf, on peut voir aussi cet été une préfiguration du parc qui habillera l’ensemble du site. Son concepteur, le paysagiste Bas Smets, a annoncé vouloir y créer « une compression des trois biodiversités de la région, avec un espace minéral, un étang et un parc où sont testés différents types de substrats et différents systèmes d’arrosage ». On y pose déjà les pieds avec délice avant d’aller se restaurer à la cuisine des Forges, où des Mamans provençales, marocaines, espagnoles, libanaises et sénégalaises préparent des plats familiaux.

parc des ateliers

Entre les ateliers récemment restaurés, celui de la Mécanique et celui des Forges, une aire de jeux et les premiers arbres préfigurent ce que sera le parc qui habillera le Parc des Ateliers. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles