Le dieu Mercure, statue en argent appartenant au Trésor de Berthouville, est un des joyaux de l’exposition. photo O. Quérette / ektadoc / ville d’Arles

Au pupitre, Claude Sintès, directeur du musée départemental Arles antique, entouré de nombreux élus et des conservateurs de la Bibliothèque Nationale de France. photo O. Quérette / ektadoc – ville d’Arles

Valeur historique, valeur artistique, valeur pécuniaire, l’exposition Le luxe dans l’Antiquité que présente le musée départemental Arles antique est un bijou. La vaisselle en argent et or, les monnaies, le mobilier, les statues, les colliers, bagues, bracelets, camées, même exposés sous une lumière tamisée, créent un effet éblouissant. Des pièces délicates et raffinées que les Romains portaient sur eux, des objets dont ils décoraient leurs maisons et leurs temples ont ici pour écrin des vitrines concentrées dans l’espace des expositions temporaires du musée.

L’exposition inaugurée le 7 juillet 2017 en présence d’élus de la Ville, du Conseil départemental et du Conseil régional, a été rendue possible grâce à un partenariat entre le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France d’où proviennent les objets et le musée départemental Arles antique. « Recevoir une telle exposition, d’envergure internationale, au musée départemental Arles antique est une chance extraordinaire. D’importants moyens, notamment au niveau de la sécurité, ont été déployés pour l’accueillir, » a précisé Claude Sintès, directeur et conservateur du musée. Avant d’être présentée à Arles, seule étape en France, elle a voyagé dans plusieurs villes des Etats-Unis dont Los Angeles où la collection avait été restaurée au Getty Museum.

Issus de collections royales, de découvertes archéologiques plus récentes faites dans des conditions improbables, la plupart de ces artefacts appartiennent à des trésors. Le trésor de Rennes avec sa paterre en or massif, celui de Naix et ses bijoux, le plus important le Trésor de Berthouville consacré au dieu Mercure constituent ce vaste panorama.

Les conservateurs du musée dont le commissaire de l’exposition Nicolas de Larquier ont souhaité faire dialoguer cette exposition avec des pièces trouvées à Arles qui expriment le luxe. On pourra découvrir également au 1er étage du musée, les fresques exceptionnelles extraites des fouilles archéologiques de la Verrerie de Trinquetaille où une luxueuse villa de type Pompei a été mise à jour.

Retrouvez quelques trésors sur http://phototheque.arles.fr/index.php?/category/2110

« Le luxe dans l’Antiquité – Trésors de la Bibliothèque nationale de France » est à voir jusqu’au 21 janvier 2018. De nombreuses conférences et des ateliers sont programmés autour d’elle.