Le maire d’Arles adresse ses voeux aux Arlésiens, en présence de nombreux élus, du sous-préfet et de plusieurs maires de communes voisines. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Hervé Schiavetti a adressé ses voeux aux Arlésiens, le 18 janvier 2017. Au Palais des congrès,  étaient réunis le sous-préfet d’Arles, madame la députée Monica Michel, madame la sénatrice  Mireille Jouve, le président de la communauté d’agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette, le conseiller régional Cyril Juglaret, les élus de la Ville, et plusieurs maires des communes avoisinantes.

« Nous sommes sur un territoire dynamique, a souligné le maire en rappelant que la ville d’Arles connait une baisse continue du nombre de demandeurs d’emplois.  « Ce résultat est significatif de ce qui naît autour de l’économie de la culture et de la protection de l’environnement. » Les grandes manifestations comme les festivals de l’été, le patrimoine architectural et historique, et de plus en plus d’entreprises liées à la culture et à la valorisation du savoir et de la connaissance, font d’Arles un pôle culturel créateur d’emploi. Cet atout arlésien vient compléter ceux de l’ensemble du territoire, comme le pôle logistique de Saint-Martin-de-Crau ou le MIN de Châteaurenard. « Nous souhaitons que le Pays d’Arles qui se construit depuis 2004 porte le territoire à côté de la Métropole Aix-Marseille, a poursuivi Hervé Schiavetti. C’est devenu maintenant une réalité institutionnelle, qui nous permet de vivre dans un territoire apaisé, sûr de ses valeurs, et capable de les partager dans le bassin méditerranéen. » Des valeurs qui connaissent une traduction immédiate : la Ville est fière d’avoir accueillir des familles syriennes qui fuyaient la guerre « car il n’est pas possible dans un territoire si proche de la Méditerranée de ne pas respecter les droits de l’homme. »

Le développement du Pole d’équilibre territorial et rural doit poursuivre son développement alors que la supression de la taxe d’habitation va entrer en vigueur : « en n’augmentant pas les dépenses de fonctionnement, nous devons contractualiser avec l’Etat et mettre en place un outil nouveau qui nous permettra de ne pas recourir à l’augmentation des impôts. Mais, a conclu le maire, j’ai confiance dans le développement de notre territoire. »

Des citoyens honorés

Des salariés de l’entreprise M2I et ses dirigeants, Bruno Geny (2ème en partant de la dr.) et Jean-Pierre Diehl (2ème en partant de la g.), Laurent Didailler, directeur général de PIAS France, Emilie Pautus créatrice de la librairie Les grandes largeurs et Mourad Amara et son épouse (au centre), inventeurs d’une housse de protection pour les compteurs d’eau, ont reçu la médaille de la Ville. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Comme de coutume lors de cette cérémonie, le maire a remis la médaille de la Ville à plusieurs citoyens qui, dans des secteurs différents, incarnent le dynamisme de la cité. Ainsi Emilie Pautus a ouvert en décembre dernier sa librairie « Les grandes largeurs » en centre-ville. « Je suis très touchée de cette distinction et des encouragements que cela représente, a déclaré la jeune libraire. Ce métier est une vraie passion, c’est juste l’amour des livres et j’espère vous le transmettre. »

Mourad Amara, qui a inventé une housse pour protéger les compteurs d’eau du gel, a reçu la médaille en remerciant sa famille et ses amis, « qui l’ont soutenu sans faillir » et annoncé que son invention serait présentée au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas l’année prochaine.

Laurent Didailler, directeur général de PIAS France, se félicite encore que son groupe ait racheté « ce fleuron de la musique classique qu’est Harmonia Mundi, ce qui m’a permis de découvrir une ville incroyable, avec beaucoup de synergies« . Il a dédié la médaille « aux salariés de PIAS et d’Harmonia Mundi« .

Enfin, le maire a salué la réussite de M2I Life Sciences en récompensant le co-fondateur de l’entreprise, Bruno Geny, et le directeur du site de Salin-de-Giraud, Jean-Pierre Diehl. M2I vient de recevoir le prix Pierre Potier (qui couronne les innovations en chimie respectueuses du développement durable). « En 2013, quand nous sommes arrivés, le site de Salin comptait 30 employés, il en compte 60 aujourd’hui. L’entreprise est tirée d’affaires » a déclaré Bruno Geny, qui a souhaité être entouré des salariés présents pour recevoir la récompense de la Ville.