Le 2 juillet 2018, Françoise Nyssen, ministre de la culture, accompagnée du maire d’Arles, Hervé Schiavetti, de Sabine Bernasconi, vice-présidente du conseil départemental des Bouches-du-Rhône et de Sam Stourdzé, directeur des Rencontres de la photographie, visite quelques expositions. photo R. Boutillier/ville d’Arles.

« Les Rencontres font connaître Arles dans le monde entier, et cela, nous le devons à Lucien Clergue, Jean-Maurice Rouquette et Michel Tournier ! » En ouvrant la 49ème édition des Rencontres de la photo, le 2 juillet 2018, le maire d’Arles, Hervé Schiavetti, a tenu à rendre hommage aux fondateurs du festival. Ces pionniers mesuraient sans doute l’importance de ce qu’ils créaient, mais sans doute pas l’impact que la photographie aurait pour la ville, qu’elle en fonderait une partie de l’économie et de sa dimension culturelle. Après les discours d’usage dans la cour de l’hôtel Fanton, siège des Rencontres de la photo, élus et personnalités ont visité quelques-unes des quelque 30 expositions réparties à travers la ville.

Renaud Muselier, président du conseil régional Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, a d’ailleurs félicité la ville : « c’est très impressionnant ce que vous faites à Arles, vous réussissez à marier le respect du patrimoine et le développement économique autour de la culture. » Alors que Hubert Védrine, président du festival, soulignait la diversité du public du festival, à la fois populaire et expert, et le rayonnement que prenait le festival en France et à l’étranger, son directeur Sam Stourdzé, s’est attaché à définir cette 49ème édition. « Un programme assez chargé, avec plus de 35 expositions, de nouveaux lieux, du plus intime comme la chapelle de la Madeleine au pavillon de bambou de 1500 m2 érigé à Trinquetaille, et une volonté intacte : montrer la photo dans les lieux les plus inattendus, dans sa variété, son exigence.  Si nous faisons tant, c’est qu’il y a tant à dire. Arles est un lieu utile, un espace de liberté, qui permet de penser les images qui racontent le monde », a conclu le directeur des Rencontres.

Françoise Nyssen, accompagnée de Renaud Muselier, présdient de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et d’Aurélie de Lanlay, administratrice des Rencontres de la photo. photo R. Boutillier/ville d’Arles.

Françoise Nyssen, « aux côtés des artistes »

La ministre de la culture, Françoise Nyssen, Arlésienne d’adoption et directrice de la maison d’édition Actes Sud jusqu’à sa nomination au gouvernement, a rappelé les actions de son ministère au service de la photographie.

  • Permettre à la photographie de vivre, c’est d’abord soutenir ses auteurs. La ministre a déclaré être « aux côtés des artistes pour la défense de leurs droits, de leur protection sociale et de leur pouvoir d’achat« .
  • Aider la photographie à durer passe par le recensement de tous les tirages et pellicules laissés par les photographes. Faciliter les dons aux instances publiques (musées, services d’archives…)  est aussi un élément-clé du processus.
  • Aider la photographie à éclairer, c’est éduquer les jeunes à regarder et comprendre les images. Dans ce but, la ministre lance le Pass Culture, qui est à la fois une application pour connaître toute l’offre culturelle autour de soi et une mesure spécifique pour les jeunes, qui bénéficieront de 500 € pour faire des dépenses culturelles. Les Rencontres de la photo font partie des premiers festivals à s’engager dans le cadre du Pass.

Hubert Védrine et Sam Stourdzé, respectivement président et directeur des Rencontres, s’engagent pour permettre aux jeunes d’accéder à la culture, avec la ministre, Françoise Nyssen. photo R. Boutillier/ville d’Arles