La directrice artistique du festival Maud Calmé devant le maire Hervé Schiavetti, Cyril Juglaret et David Grzyb. Photo RV

Si les plaisanteries les plus courtes sont souvent les meilleures, on pourrait en dire autant des films. L’équipe du festival « Phare » entend le démontrer encore cette année en proposant trois soirées consacrées au court-métrage.  Jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 août, ce ne sont pas moins de 20 films d’une durée de 1 à 27 minutes qui seront projetés au théâtre antique.  « C’est un format qui permet au réalisateur de faire passer d’autres messages, une autre expression, plus vivace, plus caustique et très artistique »  a fait valoir Maud Calmé, directrice artistique du festival, lors de la présentation de cette édition qui « n’aurait pas pu avoir lieu sans le soutien indéfectible de la Ville ». De son côté, le maire Hervé Schiavetti s’est dit « heureux que ce magnifique festival soit porté par des Arlésiens ».

Le film espagnol « Einstein – Rosen » sera diffusé jeudi dans le cadre d’une soirée sur le thème du sport. DR

« La première soirée aura pour thème le sport avec trois films hilarants sur le foot » a promis Maud Calmé avant d’avouer un coup de coeur pour « Les Indes galantes », qui immortalise la rencontre entre le krump, danse des ghettos noirs américains, et la musique classique de Jean-Philippe Rameau sur la scène de l’opéra Bastille. Vendredi soir, seront projetés huit autres courts-métrages comme autant de façons originales de parler de la « Rencontre amoureuse » sur un lac suisse, dans une cafeteria de Mexico ou sur internet. La diffusion des films sera précédée d’une conférence de Robert Pujade sur le thème de la rencontre amoureuse dans le cinéma, et le photographe Philippe Praliaud proposera par ailleurs de capter les plus beaux baisers de cinéma du public.

« Etat d’alerte sa mère » sera projeté vendredi dans le cadre d’une soirée sur le thème de « La rencontre amoureuse ». DR

Un public qui pourra voter pour son court-métrage préféré. Un jury d’étudiants et un jury de cinéastes désigneront aussi un vainqueur, et les trois films lauréats seront de nouveau projetés samedi, à l’occasion de la soirée de clôture. Un peu plus tôt, quatre courts-métrages d’élèves de l’école Mopa seront diffusés. Enfin, le festival 2018 se terminera sur un ciné-concert, avec la projection de trois films du réalisateur arménien Artavazd Pelechian mis en musique par le chanteur et contrebassiste Fantazio. Ou comment « Phare » promet une fois encore d’en dire long sur les courts-métrages.

 

Tarifs : 10€ la soirée / 20€ la soirée de clôture / 30€ le pass trois soirées (gratuit pour les  – de 12 ans). Toutes les infos ici et au 06 17 36 12 40.