Monseigneur Dufour, archevêque d’Aix-en-Provence et Arles, et les prélats en prière devant les reliques de Saint-Césaire. photo R. Boutillier/ville d’Arles.

 

« Certes ces reliques sont certes un joyau du patrimoine mais elles sont le signe de la présence de Saint-Césaire parmi nous ». Monseigneur Christophe Dufour, archevêque d’Aix-en-Provence et d’Arles révélait ainsi le sens de la cérémonie qui s’est déroulée hier, le 28 novembre 2018. Monseigneur Dufour, entouré de nombreux prêtres, du maire d’Arles et de Michel Vauzelle, ancien président du Conseil régional de la région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur, et de Jean-Maurice Rouquette, conservateur honoraire des musées d’Arles, et de nombreux fidèles, a procédé à l’inauguration liturgique du nouveau lieu d’exposition des reliques de Saint-Césaire. Une salle du cloître saint-Trophime a été entièrement aménagée afin d’accueillir dans les conditions de température, d’hygrométrie, d’éclairage indispensables à la conservation de cet ensemble vestimentaire liturgique considéré comme le plus ancien de l’Occident chrétien (voir Arles info n° 224).

La procession, suivie par une foule de fidèles, dans le cloître Saint-Trophime. photo F.Gardin/ville d’Arles.

Après la grand-messe, Monseigneur Dufour a pris la tête d’une procession au sein du cloître saint-Trophime, suivie de la vénération des reliques dans la salle dédiée, qui était retransmise dans le cloître sur écrans géants. Puis, les autorités religieuses et civiles ont rejoint la salle des Pas-perdus de l’Hôtel de Ville. Devant la foule,  le maire d’Arles, Hervé Schiavetti a rappelé qu’il y avait « oeuvre de la République à conserver les objets de la foi, quelques soient les opinions politiques« .

« Cela fait un millénaire et demi que les Arlésiens sont fiers de ces reliques » a rappelé l’historien Jean-Maurice Rouquette. « Elles n’ont cessé d’être vénérées, d’être le pivot de la spiritualité de l’Eglise d’Arles et les Arlésiens ont toujours tenu à ce qu’elles soient conservées dans des lieux prestigieux, jusqu’à aujourd’hui, où elles sont honorées dans un cadre digne de leur grandeur« .

L’historien arlésien Jean-Maurice Rouquette a rappelé la vénération vouée par les Arlésiens aux reliques de Saint-Césaire, jamais démentie à travers les siècles. photo F.Gardin/ville d’Arles.

Un rappel historique qui a dû rassurer Monseigneur Dufour. Après avoir avoir remercier le maire et la ville d’Arles, notamment le service du patrimoine, celui-ci a en effet souligné que, dans cette ville d’Arles dont il s’est dit « amoureux« ,« on apprenait à connaître l’âme de Saint-Césaire ». « Mon souhait le plus cher, a-t-il ajouté, « est que Saint-Césaire redevienne une figure populaire. »

Saint-Césaire, futur docteur de l’Eglise ?

Le diocèse d’Aix et Arles travaille à ce que Saint-Césaire soit reconnu par le Vatican comme docteur de l’Eglise*. Saint Césaire d’Arles est en effet une figure spirituelle majeure de l’Église des premiers siècles. Evêque d’Arles pendant 40 ans (de 502 à 542), ce grand prédicateur, auteur de nombreux sermons, est connu pour avoir donné une dimension de « capitale religieuse » à la ville d’Arles. En 513, il reçoit des mains du pape Symmaque un pallium (une des reliques conservées à Arles) qui fait de lui le représentant de Rome en Occident.

*Un docteur de l’Eglise est un théologien, philosophe ou écrivain dont on reconnaît l’apport au niveau philosophique et spirituel, dans le temps et dans l’espace.

Retrouvez les photos de la procession et de la vénération sur la photothèque en ligne de la Ville.