« Daphné », grande mosaïque du IIe ou du IIIe siècle, en provenance du Louvre, est arrivée cet été au musée départemental Arles antique pour restauration par l’équipe de Patrick Blanc. Le pavement initial, en plusieurs parties, constitué d’une scène centrale (une amazone en fuite) bordée par un décor géométrique, mesurait environ 6m sur 2,50m. Répertoriée sous le titre « Daphné amazonomachie », la mosaïque de sol a été découverte en 1934 à Antioche (Turquie), puis transportée sur plusieurs supports en béton au Louvre en 1936. Ces dernières années, le Louvre a déjà fait appel au musée arlésien pour la restauration de certaines mosaïques précieuses de sa collection antique. Cette fois, il s’agit d’un important marché public remporté par le MDAA en 2008, et la mosaïque d’Antioche, dont la restauration vient de commencer, est la première pièce importante d’une série qui sera confiée à l’atelier de restauration du musée. Le Louvre, en pleine réorganisation de ses salles antiques, veut y exposer ses plus belles mosaïques, et pourquoi pas, une fois restaurées, les transporter pour les montrer dans d’autres musées de par le monde. L’atelier de restauration du MDAA participe à cette politique culturelle de diffusion des oeuvres antiques, patrimoine de l’humanité.