Des courses camarguaises ont lieu tous les mercredis et vendredis de l’été à17h30 dans les arènes d’Arles. C’est l’école des raseteurs qui se charge de l’organisation de ces concours. Créée officiellement en 2008, reconnue par le ministère de la Jeunesse et des sports et distincte de l’école taurine d’Arles, l’école des raseteurs entraîne les jeunes de septembre à juin aux corrales de Gimeaux.

Tout l’été, en accord avec l’empresa des arènes d’Arles, la SA Jalabert, l’école des raseteurs montre ce qu’est la course camarguaise aux touristes de passage comme aux autres jeunes susceptibles de la rejoindre un jour.

Benjamin Villard, Hadrien Poujol, Julien Rey, Alexandre Gleize, Romain Mascarin évoluent au As, la première division de la course camarguaise, ils sortent tous de l’école d’Arles. « C’est un sport à part entière, un part ancienne de notre culture, et un lien social important pour certains jeunes« , défend Josée Jimenez qui est un peu l’historienne de la course libre. « Savez-vous que la première trace de la course camarguaise à Arles remonte à 1402, en hommage à Louis II, comte de Provence« .

Les jeunes et les familles peuvent joindre Cristelle Rado pour s’inscrire à l’école, ou venir aux corrales regarder les entraînements.

Ecole des raseteurs d’Arles. Contact, Cristelle Rado : 06 61 64 07 80. site http://ecole-raseteur-arles.e-monsite.com

Les mercredis de l’école des raseteurs

Dès la fin de la Feria du riz, les entraînements reprennent aux corrales de Gimeaux, les mercredis. Une convention entre la Ville d’Arles et l’école des raseteurs d’Arles encadre l’usage de l’équipement mis à la disposition des éducateurs et des seize élèves raseteurs.

Une école des raseteurs créée en 2008, distincte de l’école taurine d’Arles, « parce que la reconnaissance par le ministère de la Jeunesse et de Sports, passait par une association sportive à part entière », expliquent Laurent Geslin et Josée Jimenez, respectivement, président et vice-présidente de la nouvelle école. Gérald Rado, directeur technique, supervise l’entraînement des élèves. Avec Laurent Geslin, ils ont tous les deux le diplôme sportif qui les autorisent à encadrer la formation des jeunes, de septembre à juin.