La façade de l’Archevêché, place de la République, accueille la performance artistique « Mon ailleurs, c’est là », du 23 août au 13 octobre 2010.Pano_Nicole.jpgChaque soir à 19h, David Pinzon, artiste photographe viendra coller, d’une manière rituelle, une affiche longue de 6 m et de 1,6 m de hauteur, composée de trois photos représentant un habitant riverain des arènes dans son appartement. Le lendemain, une nouvelle affiche bâtie sur le même principe recouvrira la précédente.Veo_la_arena_2005_rec.jpgDavid Pinzon, c’est le photographe colombien qui avait fait disparaître nos arènes, en 2005, dans un photomontage bien sûr. L’image est intitulée « Veo la arena ».

Pendant 52 soirées de suite (liste ci-dessous), l’affichage se reproduira. Empilés sur une structure métallique de grande taille, les portraits en triptyque finiront par constituer un « sandwich », une matière qui sera à son tour découpée et restituée sous forme de brique remise aux participants au projet. L’exposition de chaque portrait est « habillée » d’extraits sonores enregistrés lors des entretiens entre le photographe et ses modèles, en partenariat avec 3D FM, la radio locale installée au pied de l’amphithéâtre romain.

David Pinzon, c’est le photographe colombien qui avait fait disparaître nos arènes, en 2005, dans un photomontage bien sûr. L’image est intitulée « Veo la arena ». Du spectaculaire !

Le projet « Veo la arena » l’avait amené à rencontrer les riverains de l’amphithéâtre, ceux et celles dont le bâtiment habille le quotidien. Voir tous les jours à travers sa fenêtre un monument vieux de 2000 ans inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial, ce n’est pas banal. L’artiste se pose des questions sur la mémoire, l’identité, les racines : les monuments seraient-ils les gardiens de nos mémoires collectives, des éléments tangibles de liens entre les générations ?

Son projet de « restitution » est soutenu par la Région, le Département et la Ville d’Arles. Il est produit par l’agence « 1er siècle », elle-même riveraine de l’amphithéâtre.

Voici les 52 dates et l’ordre d’affichage des triptyques

Août : 23- Arles vu du ciel, le 24- Florent, Karine G, Alexia, le 25- Mégane, Manon, Nolwenn, le 26- David, Martine O, Yosephe, le 27- Françoise, Jaro, Mathieu, le 28- Elisabeth, le 29- Frédérique, le 30-Jean Luc, le 31- Véronique M.

Septembre : Le 1er-Maeva, le 2-Valérie, le 3- Jacques, le 4 Agnès, le 5 Christian, le 6Fabrice, le 7 Sandra, 8 Véronique F., le 9 Karine P., le 10- Alexandra, le 11- Virginie, le 12- Nicole, le 13- Marie, le 14- Suzanne, le 15- Martine P; le 16- Benjamin, le 17- Clara, le 18- Anne-Sophie, le 19- Thibault P., le 20- Élodie, le 21- Janneke, le 22- Claudia, le 23- Audrey, le 24- Thibault F., le 25- Nicolaï, le 26- John, le 27- Alice, le 28- Christophe, le 29- Edwige, le 30- Iuri.

Octobre : Le 1er-Lucile, le 2- Martine I., le 3- France, le 4- Nourreddine, le 5- Laurie, le 6- Martin, le 7- Patrice, le 8- Gérald, le 9- Cécile, le 10- Thierry, le 11- Julien, le 12- Frédéric, le 13 « Veo la arena »

Infos pratiques Mon Ailleurs c’est Là Installation photographique de David Pinzón, du 23 août au 13 octobre 2010 Place de la République, Arles Gratuit