Ce vendredi 26 novembre, sur la colline de l’Hauture, le site de l’enclos Saint-Césaire a été inauguré en présence d’Hervé Schiavetti, maire d’Arles, de Michel Vauzelle, président du Conseil régional et député d’Arles, de Pierre Castoldi, sous-préfet et de Guillaume Avenard, l’architecte qui signe cette réhabilitation.
Ce lieu situé en plein cœur du centre historique d’Arles devient un nouveau pôle d’excellence dédié aux industries de la culture et du patrimoine.
Au cours des discours, chacun s’est réjoui de la réalisation de ce projet magnifique sans oublier de rappeler les conditions particulières et les enjeux qui ont marqué ce dossier. La découverte, fin 2003 des vestiges d’une cathédrale paléochrétienne du VIe siècle, et les fouilles archéologiques qui ont suivi, ont retardé le projet et demandé de repenser la conception de la réhabilitation.
Aujourd’hui ce site d’exception prend tout son sens dans le développement de la cité, il permettra d’accueillir des entreprises et du public tout en respectant les vestiges archéologiques.
Dans ce nouveau bâtiment, plus de 2000 m2 de bureaux, de locaux pour les réunions, les expositions, les conférences et les projections sont mis à disposition.
Le montant de cette opération s’élève à plus de 5,65 millions d’euros, financés par les collectivités locales et l’Etat.

Saint-CésaireMaîtrise d’ouvrage de la Ville d’Arles déléguée à l’AREA PACA
Maîtrise d’oeuvre : Fluor Architecture, Guillaume Avenard

Montant de l’opération
5,65 M€ TTC
(4,82 M€ HT)

Financement
Ville d’Arles 1,43 M€ (24%)
État 0,64 M€ (12%)
Région 0,83 M€ (14%)
Département 2,75 M€ (50%)

Les travaux réalisés
En 2003, les premiers coups de pelle mécanique donnés pour la réalisation d’un médiapôle ont permis de découvrir les vestiges d’une cathédrale paléochrétienne du VIe siècle, la plus grande du monde. Les fouilles archéologiques qui vont suivre retardent le projet et demandent de repenser la conception de la réhabilitation. Débutés au printemps 2007, les travaux de réhabilitation ont permis la création de plateaux de bureaux, d’un salle de projection, de salles pour les expositions, les réunions. Les nouveaux bureaux s’organisent vers le jardin qui a été aménagé.

Historique du site
Situé au plus haut de la colline de l’Hauture, à proximité immédiate du rempart romain et médiéval, le site de l’enclos Saint-césaire est particulièrement riche en archéologie et en histoire. A l’époque romaine, ce lieu est déjà particulièrement important à cause de la présence de la porte d’Auguste, une des principales portes de la ville, où l’on accédait par la voie Aurélia. A l’angle Sud est du site, l’actuelle Tour des Mourgues englobe une tour romaine, élément de rempart antique.
Le site prend toute son importance avec l’implantation du premier groupe épiscopal d’Arles à la fin de l’Antiquité. Ce que l’on savait déjà par les textes est confirmé en novembre 2003, où l’on découvre les vestiges d’une basilique paléochrétienne d’une taille exceptionnelle. Les archéologues la date du VI e siècle après JC. A la même époque, saint Césaire, l’un des plus importants évêques arlésiens, fonde dans ce lieu un monastère de femmes. Celui-ci, sous le nom d’abbaye saint-Césaire se développera, ainsi que ses dépendances et perdurera jusqu’à la Révolution. A la fin du XIXe siècle, de nouveaux bâtiments sont construits, en particulier une chapelle. Ce lieu abrite jusque dans dans les années 1980 une maison de retraite.
Aujourd’hui réhabilité, ce lieu situé sur l’un des sites les plus prestigieux d’Arles devient un pôle de compétences dans la filières des industries de la culture et du patrimoine.