feria Face au record de fréquentation pour les spectacles gratuits – plus de 6000 personnes ont assisté au spectacle équestre du samedi soir dans les arènes – le bilan des entrées aux corridas est plus mitigé.
Dans un contexte de crise économique, d’augmentation de l’offre qui dilue le public et face à un problème du renouvellement des « figures », les organisateurs s’avouent confrontés à une crise tauromachique. Par rapport à l’an dernier on note une baisse de 15 % des entrées aux arènes.
La qualité artistique des spectacles était pourtant au rendez-vous cette année avec de belles découvertes et une très bonne corrida concours.
À l’occasion du bilan présenté hier par les organisateurs, la question de la date de la feria du riz, coincée entre la rentrée scolaire et la feria de Nîmes, a été une nouvelle fois évoquée : Pourquoi ne pas la décaler fin septembre ? Responsables, élus et techniciens vont prochainement réfléchir à cette proposition intéressante qui permettrait à Arles d’ouvrir et de clôturer la saison des ferias en France.