DSC08700_DxO.jpg

Marc Heijmans, archéologue et historien, entreprend une nouvelle campagne de fouille, dans l’enclos saint-Césaire. Cette fouille dite « programmée », financée par le ministère de la Culture, durera environ deux mois et est assurée, sous la direction du chercheur, par des bénévoles.
A côté de l’exceptionnelle basilique paléo-chrétienne du IVème siècle dont l’existence a été révélée en 2003, la découverte des fondations d’une abside de plus petite taille permet d’envisager la présence d’une église, peut-être destinée aux offices quotidiens. La fouille qui va se dérouler jusqu’en septembre, à l’intérieur des remparts, le long du boulevard Emile Combes, a pour but de mettre à jour d’autres vestiges de cet édifice.
« Il est important de continuer à travailler sur ce site, car il est vraiment unique en Europe du nord », rappelle Marc Heijmans. En effet, les vestiges mis à jour en 2003 révèlent que la basilique qui se trouvait la, avec une largeur de 60 mètres, serait la plus grande église paléo-chrétienne connue située au nord des Alpes, mais présenterait un plan atypique. Ces caractéristiques font de cette basilique l’un des trésors du patrimoine arlésien, d’autant plus précieux qu’il est unique.