réunion publique.jpg Deux cents personnes environ ont assisté, le 14 novembre 2012 au théâtre d’Arles, à la réunion publique d’information concernant l’avenir de la RN 113.
Le maire, Hervé Schiavetti, Martial Roche, premier adjoint, David Grzyb, adjoint à l’urbanisme, Jean-Luc Masson, adjoint à l’aménagement du territoire et des membres du service de l’urbanisme de la ville ont livré les grandes lignes d’un rapport rédigé par un cabinet d’urbanisme spécialisé, concernant l’aménagement de la RN 113 après la réalisation du contournement autoroutier.
L’Etat prévoit en effet de construire un prolongement de l’A54 qui contournerait la ville sur une distance de 13 km. Ces travaux commenceraient en 2017 et s’achèveraient en 2020. Actuellement, 60 000 véhicules par jour emprutent la RN 113 et créent une frontière étanche au milieu de notre ville, et de nombreuses nuisances pour les riverains.
Débarrassée de ce trafic de transit, la RN 113 redeviendrait un boulevard urbain. Le but est de ramener le nombre de véhicules qui l’empruntent par jour à 20 000, ce qui correspond au maximum de la circulation boulevard des Lices. Il faut donc songer d’ores et déjà à l’aménager, pour faciliter les déplacements entre différents quartiers : de la presqu’île où se situe le Musée départemental Arles antique et du quartier de Barriol, vers le centre. Ce serait également l’occasion de créer de nouvelles entrées dans la ville. Bref, le but est que la RN 113 ne soit plus une « coupure » mais une « couture ».