L’événement est de taille. La Vénus d’Arles revient dans son fief après plus de 300 ans d’absence, à la faveur de l’exposition « Rodin, la lumière de l’Antique » présentée au Musée Départemental Arles Antique à partir du 6 avril prochain, dans le cadre de Marseille-Provence, capitale européenne de la culture.

Arrivée vendredi dernier, la Vénus prend ses quartiers d’été durant toute l’exposition, jusqu’au 1er septembre 2013.
Pour accompagner l’engouement que suscite la Vénus auprès des Arlésiens, le musée bleu propose tout un programme d’activités autour de la statue, dont une semaine spéciale du 18 au 26 mai.
Découverte en 1651, lors de fouilles près du Théâtre Antique, la Vénus d’Arles reste l’une des traces majeures de la sculpture du second classicisme grec rattachée à l’œuvre de Praxitèle (qui fut l’un des plus célèbre sculpteur dès l’Antiquité).
Exposée durant 30 années dans le hall de l’hôtel de Ville d’Arles, elle fut offerte à Louis XIV qui s’empressa de l’installer au milieu les joyaux de la galerie des glaces à Versailles. La Vénus d’Arles rejoint le musée du Louvre à la Révolution française, où elle réside encore maintenant.

Pour tout renseignement: www.arles-antique.cg13.fr