Lucien Clergue expose sa « Camargue Secrète » au Palais de l’Archevêché, place de la République, jusqu’au 5 mai. Une exposition labellisée Marseille-Provence Capitale européenne de la culture.


Une centaine de clichés ornent les murs de l’Archevêché. Des photographies imprimées sur la surface sensible, en noir et blanc, contrastées comme l’est la Camargue.
Certaines ont été prises dans les années 60, d’autres il y a seulement quelques jours. Lucien Clergue reprend ces images qui étaient parues dans l’ouvrage « Camargue secrète » en 1976, édité aux éditions Belfond et dont Mario Prassinos avait écrit la préface.
Au fil des cimaises, on retrouve le mystère de ce paysage indomptable, dont Lucien Clergue fait mentir l’horizon en lui donnant des courbes. On observe le langage du sable, on devine les rizières. Les fameux nus immortalisés par le photographe arlésien sont aussi là, tout comme ces animaux morts rappelant un instant, la vie en Camargue. Ce sont des fragments de mémoire que le Président de l’Académie des Beaux-arts offre aux visiteurs, aux passionnés comme aux néophytes.
Lors de l’inauguration jeudi dernier, Remi Venture, le président « des amis de Lucien Clergue en Pays d’Arles » a rappelé le travail d’orfèvre entamé par l’association : l’inventaire et l’évaluation complète de l’œuvre de Lucien Clergue. Un projet, soutenu par la Ville d’Arles.