La Pegoulado

En costume, les Arlésiens vont défiler et terminer dans les arènes

Le 28 juin, dès 21h30 sur le boulevard des Lices, l’incontournable rassemblement qui sonne le départ pour la Pegoulado va résonner dans le centre de la cité. C’est un peu le cœur de la tradition, ce moment où les Arlésiens perpétuent les us et coutumes du territoire. La pegoulado est un instant important dans le tempo donné depuis des années maintenant par le comité des fêtes. Les gardians, les groupes traditionnels et tous les amoureux du costumes se retrouvent pour défiler et finir dans l’amphithéâtre pour le point d’orgue des fêtes d’Arles. Mais cette année la traditionnelle pegoulado déroge à sa règle. Un souffle de modernité s’invite dans les réjouissances avec « la Pegoulado pour tous », comme un clin d’œil à l’actualité, imaginée par le chorégraphe Richard Bonnot Saltet. L’arlésien met en scène les hommes et les femmes sur la piste des arènes, mais aussi les chevaux, une nouveauté qui ne passe pas inaperçue dans le monde de la tradition, mais qui s’avère nécessaire pour Richard Bonnot Saltet.
« Je voulais mettre le cheval Camargue à l’honneur car il est l’emblème de notre territoire. Et j’ai souhaité cette année une « Pegoulado pour tous ». Afin que la tradition perdure, elle doit s’ouvrir aux néophytes de la tradition, nous ne devons pas rester qu’entre nous » explique Richard Bonnot Saltet.
Le spectacle qui se déroule dans les arènes va en surprendre plus d’un, puisque chevaux, échassiers et danseurs vont se donner la réplique au clair de lune, et c’est une première.