exposition soirée mondaine soirée arlésienne

« Nous sommes tous admiratifs de ce que vous donnez aux Arlésiens » a déclaré Hervé Schiavetti, maire d’Arles en inaugurant l’exposition sur l’histoire du costume des Arlésiennes.
De g. à d. : Odile Pascal et Clément Trouche, commissaires de l’exposition, le maire d’Arles, Astrid Giraud, reine d’Arles, Michel Vauzelle, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Magali Pascal historienne, spécialiste du costume des Arlésiennes.

La première exposition consacrée à l’histoire du costume des Arlésiennes de fin XVIIIe à fin XIXe a été inaugurée au palais de l’Archevêché. Elle restera ouverte jusqu’ au 5 mai 2014. Le costume de l’Arlésienne, dont l’inscription a été demandée au patrimoine immatériel de France auprès de l’Unesco*, n’a pas toujours été tel qu’on le connait aujourd’hui. Du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe, le costume évoluait en effet chaque année.

C’est cette histoire au quotidien qui a touché nos ancêtres féminines que le Centre des collectionneurs d’histoire de mode, créé à Arles en 2013 par Clément Trouche et Odile Pascal, s’est attaché à reconstituer ici. « Soirée mondaine, soirée arlésienne » est un hommage au costume et aux Arlésiennes qui l’ont inventé pas à pas, depuis l’époque de Louis XV, avec un sens inné de l’élégance et de la mode.

« Le costume d’Arles n’est pas un habit folklorique, mais un art de la mode du charme et du raffinement » a précisé la Reine d’Arles, Astrid Giraud.

exposition soirée mondaine soirée arlésienneGrâce aux milliers d’éléments de costume mis à leur disposition par Magali Pascal, à des peintures, et des documents d’archives, Odile et Clément, commissaires de l’exposition, exposent pour la première fois 60 costumes créés et portés par ces « fashion victims ».

L’exposition compte sept salles pour sept époques qui rendent compte des principales étapes de l’évolution de la silhouette.
La guerre de 14 met un coup d’arrêt à l’aventure. Les femmes partent travailler en usine, elles se coupent les cheveux. Le costume s’est figé. C’est la volonté de faire renaître cette culture qui a permis de conserver les effets et d’en répéter aujourd’hui les gestes quotidiens, devenus traditionnels. Un public fourni et admiratif a longuement questionné Odile et Clément, intarissables sur le sujet. « Le CCH Mode a d’autres projets dans ses cartons et d’autres particuliers ont rejoint la collection Pascal » expliquait Odile Pascal pour qui cette première exposition marque le début d’une grande aventure.

Soirée mondaine, soirée arlésienne, palais de l’Archevêché, 1er étage, du 4 avril au 5 mai. Entrée 5 euros.
Le catalogue de l’exposition, disponible à l’accueil, est préfacé par Christian Lacroix.

Passionnés de mode
Historienne, Magali Pascal est fondatrice du centre de recherches sur le costume d’Arles, experte en tissus, rubans, soieries. En vraie passionnée, elle continue d’agrandir, pièce par pièce, son fonds comme le ferait un conservateur de musée. Honorée en 2009 du titre de Chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres, elle est auteure, avec sa fille Odile, de trois ouvrages de référence sur l’histoire du costume des Arlésiennes. Le quatrième tome est en préparation. Odile Pascal, Reine d’Arles de 1978 à 1981, styliste et spécialiste du costume d’Arles est aujourd’hui gemmologue et experte en bijoux anciens. Clément Trouche lui aussi spécialiste du costume d’Arles, des arts et traditions populaires, était précédemment en charge du musée d’impression sur textiles Souleïado de Tarascon.

* Le conseil municipal d’Arles (24 avril 2013) a adopté à l’unanimité le principe d’engager une démarche de demande d’inscription du costume d’Arles au patrimoine culturel immatériel de France auprès de l’Unesco via le ministère de la Culture.

 

photos Daniel Bounias, Ville d’Arles