salon beaute solidaire griffeuille db

Atelier maquillage et coiffure à l’Atelier de beauté solidaire avec des jeunes filles de la Mission locale de Tarascon. photo D. Bounias/ville d’Arles

Il y avait foule, le mardi 9 juin 2015, pour inaugurer l’Atelier de Beauté solidaire porté par l’association APRES. Des élus, des responsables d’associations mais aussi des habitants du quartier de Griffeuille, heureux de saluer une initiative aussi positive. L’Atelier de Beauté solidaire a pour but d’accueillir des personnes en recherche d’emploi ou sur le point d’intégrer une formation, pour déployer toute une série d’actions autour de l’image de soi. Il s’agit de proposer aux personnes de présenter l’image de soi la plus efficace lors d’un entretien de recrutement. Des conseils, lors d’ateliers, mais aussi des soins d’esthétique, de coiffure sont dispensés à un tarif adapté à toute personne bénéficiant d’un accompagnement d’une structure partenaire (Pôle insertion, Mission locale, PLIE, CCAS, Pôle Emploi, Maison de quartier de Griffeuille, Solid’Arles). Le salon de beauté et de coiffure et ses services sont également ouverts à tout adhérent à l’association, qui bénéficiera du tarif « normal ».

inauguration du Salon de beauté solidaire

Inauguration de l’Atelier de beauté solidaire, le 9 juin 2015 : autour de Fatima Benamer (en vert), le sous-préfet et des élus de la Ville. photo D. Bounias, ville d’Arles

Derrière cette idée neuve sur le territoire, il y a Fatima Benamer, véritable boule d’énergie qui s’est rendue compte lorsqu’elle-même cherchait du travail que « le CV le plus brillant pouvait être négligé pour un simple problème d’image ». « Beaucoup de structures existent pour nous aider à construire notre CV, à parler de nos compétences, à trouver la bonne formation, mais personne jusqu’à présent ne nous disait comment se présenter à un entretien d’embauche, comment intégrer les codes de tel secteur d’activité » explique-t-elle. En un an et demi, elle a trouvé le moyen de donner corps à son idée, de trouver les financements, de mettre sur pieds la structure. « L’important est que les personnes que nous accompagnons ressortent d’ici en ayant compris que le but est de dégager une image en accord avec soi-même et avec le métier auquel on aspire. Dans un entretien d’embauche, les premières minutes, au cours desquelles l’employeur se fait une première idée de celui qui postule, sont capitales. »

Atelier de Beauté Solidaire, 17 rue du Président Kennedy, 13 200 Arles. asso.apres.abs@gmail.com