Pour la sortie du tome 4 de Millenium, un événement mondial, les éditions Actes Sud ont créé un autre événement à Arles. Le livre a été mis en vente le 26 août à partir de minuit, alors que la date de parution officielle du roman en Suède et dans une vingtaine de pays a été fixée au 27 août par l’éditeur suédois.

présentation Millenium 4 Actes Sud

Aux cinémas Actes Sud, Françoise Nyssen présente le tome 4 de la série Millenium, aux côtés de Manuel Tricoteaux, éditeur de la collection Actes Noirs et de Maxime Frérot, directeur du cinéma. photo D. Bounias, ville d’Arles.

« Autour de cette vente, deux soirées de projection des trois films inspirés des livres, le 25 et le 26 août, ont été organisées. A l’issue de la deuxième soirée et juste avant la mise en vente de « Ce qui ne me tue pas », le tome 4, Françoise Nyssen, directrice d’Actes Sud et Manuel Tricoteaux, éditeur de la collection Actes Noirs, ont livré quelques détails des coulisses de cette aventure, presque aussi passionnante que la trame de Millenium elle-même.

Ce volume 4 a été tiré à 500 000 exemplaires en France, un chiffre colossal mais à la hauteur du phénomène qu’ont été les premiers tomes de la série. « Ce n’est qu’à partir du troisième tome, en 2008, que l’emballement médiatique est parti », a rappelé Françoise Nyssen. « Aujourd’hui, on en est à 5 millions d’exemplaires vendus, pour tous les tomes, en grand format et poche. Le succès du livre a été certainement dopé également par l’histoire de son auteur. Le journaliste Stieg Larsson, très attaché à dénoncer la montée de l’extrème-droite et toutes les formes de racisme, est mort avant d’avoir su que son oeuvre rencontrait un succès colossal à travers le monde. Sa compagne, Eva Gabrielsson, qui partageait ses engagements et l’avait soutenu pendant l’écriture de Millenium, a été complètement écartée de son héritage et n’a rien touché de ce qu’ont rapporté les livres, et les adaptations cinématographiques.

Aujourd’hui, le tome 4 est signé David Lagercrantz, auteur et journaliste. Certains dénoncent un opportunisme de la maison d’édition et des héritiers de Stieg Larsson. « David Lagercrantz a su faire revivre les personnages de Millenium – et notamment Lisbeth Salander- qui constituent la vraie force de la saga, répond Manuel Tricoteaux.  » Avec Lisbeth Salander, Larsson a créé un personnage mythique, rentré dans l’inconscient collectif. David Lagercrantz n’a pas trahi le personnage, au contraire. »

« Nous avons été contacté par l’éditeur suédois, Norstedts, alors que le livre n’était qu’au début de l’écriture » poursuit Manuel Tricoteaux, « et nous avons dit oui alors que le livre n’était pas fini. Le manuscrit a été achevé en mars 2015 et nous l’avons envoyé immédiatement à la traduction. Je l’ai donc lu bout par bout, par séquence de cinquante pages… ce qui est assez frustrant ! »

Manuel Tricoteaux et Françoise Nyssen ont raconté également les conditions de travail un peu exceptionnelles qui ont entouré la fabrication du livre pour éviter tout risque de piratage. « L’auteur a travaillé sur un ordinateur qui n’était pas connecté à Internet. Ensuite, nous n’avons jamais utilisé de mail pour communiquer entre la Suède et nous et entre nos différents services, a précisé Françoise Nyssen. « Nous avions même un faux titre, qui nous servait de nom de code, dans les listes de diffusion. Au moment où nous procédions ainsi, nous nous trouvions un peu ridicules mais hier, le site d’Actes Sud a été piraté. Alors, nous avons eu sans doute raison… » Reste à découvrir le livre : « vous avez de la chance, vous ne l’avez pas encore lu » a conclu Françoise Nyssen.