Présentation des véhicules électro-solaires réalisés par les élèves du lycée Pasquet et visite des ateliers.

Des élèves du lycée Pasquet pilotent ce modèle réduit alimenté par des panneaux solaires qu’ils ont eux-mêmes conçus. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

L’aventure dure depuis 18 ans et prend cette année un nouvel essor. Depuis 1998, des élèves de sections scientifiques du lycée Pasquet d’Arles conçoivent, fabriquent et pilotent des véhicules électriques et solaires. Tous les ans, les élèves raflent même les premières places des compétitions auxquels ils participent. Au début du mois,  l’un de leurs modèles réduits solaires s’est classé 2ème au classement général et premier du classement lycée lors de la Course Solaire de Chambéry. Ces travaux d’école mobilisent des professeurs (Christophe Rey, Denis Panciera, Georges Fieu, Marc-Antoine Souchier) et des élèves, des filières scientifiques générales et technologiques, toujours particulièrement motivés pour participer à l’évolution des transports urbains en réduisant l’impact sur l’environnement.

Le projet s’est structuré au fil des ans pour aboutir à la création, en 2014, de l’association Pasquet Eco Motion, qui permet notamment de récolter des fonds pour aider à la réalisation de ces projets. Pendant ce temps, dans les labos du lycée, les élèves planchent et améliorent chaque année leurs véhicules. De ce « centre d’études » sortent des modèles réduits, de 80 cm de long environ, alimentés par des panneaux solaires et télécommandés, conçus par les élèves de seconde Sciences de l’ingénieur et Création et innovation technologique.

Présentation des véhicules électro-solaires réalisés par les élèves du lycée Pasquet et visite des ateliers.

Les prototypes électriques conçus par les élèves de terminale du lycée Pasquet. Au fond, le fuselage du futur véhicule à deux places. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Mais aussi des prototypes de véhicules électriques, dans lesquels le pilote doit se glisser et conduire quasiment allongé.

Le défi de l’année 2016-2017 est de concevoir un véhicule plus adapté aux déplacements en ville. Il comprendra donc deux places, où pilote et passager seront assis et un coffre où pourront être rangées deux valises. L’objectif de cette voiture est de servir aux déplacements quotidiens en ville, à une vitesse de 50 km/h. Ses concepteurs, futurs ingénieurs, ont déjà pris de l’avance sur la voie du progrès.