De nombreux élus du conseil municipal mais aussi du pays d’Arles, le sous-préfet d’Arles, la Reine d’Arles, entouraient le maire d’Arles lors de son discours prononcé devant de nombreux Arlésiens. photo R. Boutillier/ville d’Arles.

« Le dynamisme que connaît notre ville n’est pas contredit par les derniers chiffres du recensement puisque la population arlésienne a encore augmenté pour atteindre en 2016 53 737 habitants » : le maire d’Arles, Hervé Schiavetti, a tout au long de ses voeux aux Arlésiens souligné le dynamisme que connait la Ville. Lors de cette cérémonie, qui a réuni le 12 janvier 2017, plus de 600 Arlésiens au Palais des Congrès, le maire a décliné ce qui contribuait au réveil d’une ville qui ne mérite plus le surnom de « belle endormie » : une fiscalité maîtrisée qui permet de ne pas augmenter la part communale des impôts locaux pour 2017, un nombre de chômeurs en baisse depuis neuf mois consécutifs, des associations nombreuses et encouragées par la Ville, qui constituent une véritable économie en comptabilisant 300 emplois, des infrastructures mises en place pour assurer la protection du territoire contre les crues et permettre son développement économique et démographique. Hervé Schiavetti a rappelé que les richesses culturelles et patrimoniales de la Ville continuaient à attirer toujours une foule nombreuse : cette année, malgré les craintes liées aux risques d’attentat, la fréquentation touristique n’a pas fléchi. C’est notamment dû, selon l’élu, au travail mené par les forces de sécurité présentes sur le territoire et c’est un enjeu majeur pour une ville qui accueille plus de vingt manifestations culturelles d’envergure par an.

Lionel Roux, photographe, Caroline Botbol, conservatrice-restauratrice du patrimoine, Luce Grosjean, à la tête d’une entreprise de production et diffusion de films et Sylvain Prudhomme, écrivain (de g. à dr.). photo R. Boutillier/ville d’Arles.

Ce dynamisme s’est incarné également dans les quatre jeunes Arlésiens auxquels le maire d’Arles a choisi de remettre la Médaille de la Ville. L’un est un Arlésien de naissance : il s’agit du photographe Lionel Roux, qui a depuis longtemps, contribué à faire connaître cette terre et l’une de ses traditions , en s’intéressant au monde rural et notamment la transhumance des moutons. Le photographe a rendu hommage à « quatre femmes puissantes » : sa femme et trois employées de la médiathèque d’Arles, qui dans les années 80, lui ont montré les films, toujours plus exigeants, qui ont forgé son goût pour les images. A ses côtés, l’écrivain Sylvain Prudhomme, venu s’installer à Arles voici 4 ans, dont le dernier roman, Légende, retrace un pan de la vie arlésienne et s’inspire en partie de vie de Lionel Roux. Ce roman a d’ailleurs concouru pour le Grand prix de l’Académie française. « Cette médaille est le signe de hospitalité arlésienne. Puisse cette hospitalité arlésienne durer toujours. Elle est belle, elle est rare, et nous rend heureux et fier d’habiter d’Arles » a-t-il déclaré.

Egalement récompensée, Caroline Botbol, venue à Arles il y a quelques années pour achever sa formation de conservatrice-restauratrice au sein de l’entreprise A-Corros et qui n’est jamais repartie. Elle exerce aujourd’hui son métier au sein du pôle Archeomed consacré aux métiers du patrimoine. Enfin, Luce Grosjean a également choisi de s’installer à Arles. Sa société de production et de diffusion de films diffuse notamment les films des étudiants de Mopa dans les festivals. « C’est une chance d’accueillir des personnes compétentes et ouvertes sur le monde » a conclu le maire d’Arles.