Jean-Luc Maby, alors qu’il « couvrait » l’inauguration du jardin partagé de Griffeuille, en mai 2016. photo O. Quérette/ektadoc

Nous venons d’apprendre le décès de Jean-Luc Maby, survenu le 1er février 2017. Après des études en sciences humaines, ce photographe autodidacte s’était spécialisé dans la prise de vue d’objets d’art, peintures, sculptures, étoffes… Il avait ainsi été amené à couvrir la campagne de fouilles archéologiques menées dans le Rhône qui avaient permis de découvrir le buste de César. Il avait également photographié les collections du Museon Arlaten, alors que son talent, reconnu, l’avait amené à travailler pour des galeristes, des musées, des institutions culturelles à travers la France. Les Rencontres de la photo l’avait sollicité également pour animer des stages et communiquer ainsi de son savoir-faire autour de l’éclairage et de la maîtrise de la lumière.

L’amour de l’art, de la vie, d’Arles, l’avait rapproché du peintre René Dauby, décédé en 2009. Avec un cercle d’amis, ils avaient organisé, en 2014, une grande exposition rétrospective à la chapelle Sainte-Anne consacré à cet Arlésien de coeur.

On croisait souvent cet amateur d’art, curieux de toutes les formes d’expression, dans les différentes manifestations culturelles de la ville. S’il laisse un grand nombre de photos, inspirées par l’art mais aussi la nature, sa ville d’Arles, Jean-Luc Maby apparaît sur très peu de clichés. Il ne cherchait la lumière que pour les autres.