photo Romain Boutillier – ville d’Arles

De la couleur plein les yeux comme devant une boîte de crayons ou de feutres, de la couleur à outrance, c’est à s’en étourdir à travers l’exposition « Germaine Pratsevall, Papiers chiffons… » qui vient d’être inaugurée au musée Réattu. En un concentré de soixante toiles monochromes réunies dans trois petites salles du Grand-prieuré de l’Ordre de Malte, musée des Beaux-Arts de la Ville, se déploie le travail de l’artiste-peintre contemporaine Germaine Pratsevall. Sa démarche artistique repose sur l’exploration obsessionnelle de la couleur source de lumière. Elle utilise pour cela une technique qui lui est propre : elle perfore à l’infini le papier chiffon (mélange de pâte papier et de fibres textiles) avec une aiguille, puis intervient dessus avec la peinture. Voilà pour ce qui constitue la majeure partie de cette œuvre présentée sous la forme d’une forêt de couleur. Egalement graveur, Germaine Pratsevall a réalisé de petits formats sur le thème de la nature.

photo Romain Boutillier – ville d’Arles

L’exposition accompagne la donation faite par l’artiste « par amitié » à la Ville, de son œuvre qui compte plus de 300 pièces. A l’heure où le musée renoue des liens très forts avec Jacques Réattu, peintre des XVIIIe et XIXe siècles et un certain académisme, l’exposition Pratsevall joue sur les contrastes. Elle exprime tout l’intérêt pour l’art contemporain du musée Réattu.

Exposition « Germaine Pratsevall, papiers chiffons… » à voir jusqu’au 13 juin.