Photo N_VR

Les frangines : c’est le thème retenu pour cette 10e édition de Femmes en mouvement, qui l’illustrera à travers conférences, rencontres, ateliers, projections, tout au long du mois. Le témoignage de la cinéaste Marceline Loridan-Ivens, rescapée des camps de la mort, a inspiré cette dixième édition de Femmes en mouvement. Cette femme engagée racontait que dans les camps, c’est la solidarité, et pour ce qui la concerne, son amitié avec Simone Veil, déportée au même moment qu’elle, qui avait permis la survie. Si cette solidarité – qu’Anne Sylvestre a mis en avant dans la chanson Frangines – a permis les grandes avancées en faveur des droits des femmes dans les années 70, qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Et comment les femmes qui ont mené les grandes luttes pour le respect des droits des femmes ont-elles transmis le flambeau aux générations actuelles ?

« Ces questions seront au centre des rendez-vous que nous proposons du 8 au 29 mars » décrit Sylvette Carlevan, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes. Joignant le geste à la parole, Femmes en mouvement est construit depuis sa création par plusieurs partenaires. Le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles), le Centre communal d’action sociale, le musée Réattu, la Compagnie de l’Ambre, L’atelier Saugrenu, des associations (Femmes solidaires, La ligue des droits de l’homme, Osez le féminisme, Ufal), la librairie Les grandes largeurs, le café Lisbeth et la photographe N_VR, joignent leurs forces et leurs imaginations pour concevoir les rendez-vous ouverts à tous et souvent gratuits, qui prolongent la Journée internationale des droits des femmes, fixée au 8 mars. Car, ainsi que le rappelle Sylvette Carlevan, « l’intelligence est collective ».