Un buste de l’artiste néerlandais a été dévoilé, le 9 mars 2019, à l’espace Van Gogh. Il a été offert par un artiste anglais, Anthony Padgett, avec l’aide des Amis du vieil Arles et de Bernadette Murphy.

Anthony Padgett et le buste de Van Gogh qu'il a réalisé.
L’artiste Anthony Padgett et son oeuvre : « le plus important pour moi était de capter le regard de Van Gogh et la force créatrice qui en émanait ». Pour y arriver, Anthony Padgett s’est inspiré des nombreux autoportraits du peintre hollandais et a lui-même réalisé 70 peintures avant de passer à la sculpture. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

C’est le lieu où l’artiste venu de Hollande a passé le plus de temps à Arles : en effet, sur les 15 mois que dura le séjour de Van Gogh, du 20 février 1888 au 7 mai 1889, il fut hospitalisé 5 mois à l’Hôtel-Dieu. C’est dans cette enceinte, devenue aujourd’hui l’espace Van Gogh, que la Ville rend hommage à l’artiste, en installant un buste le représentant.

Entourés des élus de la Ville, Bernadette Murphy et Vincent Ramon, président des Amis du vieil Arles, artisans du rapprochement d’Anthony Padgett avec la Ville. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Son auteur est anglais : Anthony Padgett, peintre, sculpteur, vit à Manchester et a décidé de rendre hommage à son illustre prédécesseur en lui dédiant un buste et en l’offrant dans plusieurs des villes où il a travaillé, en Belgique et en Angleterre. Alors qu’il réalisait ce projet, intitulé « A year with Vincent Van Gogh« , il tombe sur l’ouvrage que vient d’écrire sa (presque) compatriote, l’Irlandaise Bernadette Murphy. Cette spécialiste en histoire de l’art a en effet publié « L’Oreille de Van Gogh« , une enquête fouillée sur le séjour du peintre à Arles. Anthony Padgett lui fait part de son souhait d’offrir une statue à Arles, Bernadette l’oriente alors vers les Amis du vieil Arles et Vincent Ramon, qui se chargeront de la procédure avec la Ville d’Arles. L’oeuvre, réalisée en bronze et qui évoque aussi les lettres écrites par Vincent Van Gogh à son frère Théo et les tournesols qu’il a tant peints, bénéficie du travail d’un autre artiste arlésien : le sculpteur de pierre Simon Darves-Blanc, qui a réalisé le socle en pierre de Fontvieille.

Une alliance de talents qui permet à Arles, où Van Gogh affirma son style et peint certaines de ses plus célèbres oeuvres, de posséder enfin un témoignage de ce séjour.