Direction de la communication et des relations publiques Tél. 04 90 49 37 92

Arles Info

L’art d’enseigner la photographie avec le musée Réattu

Prendre un cours de photo simple et magistral à la fois à l’heure des Rencontres d’Arles. Le Réattu, musée des beaux-arts et d’art contemporain de la Ville, nous y invite en deux temps forts.

A l’occasion de la conférence « L’Institute of Design à Chicago, la revue Aperture : enseigner et faire reconnaître la photographie » le 5 juillet à 14h30 à l’Ecole de la photo.

Le thème de la conférence met en lumière le rôle pionnier de l’Institute of Design de Chicago dans l’enseignement de la photographie et sa défense en tant qu’art grâce à la revue Aperture. Les intervenants, qui présenteront leurs points de vue sont : Daniel Rouvier directeur du musée Réattu, Rémy Fenzy, directeur de l’ENSP, Lesley Martin, directrice de la Fondation Aperture, l’historienne Agathe Cancellieri, le galeriste Stephen Daiter, les collectionneurs Sondra Gilman et Celso Gonzalez-Falla, Françoise Paviot, commissaire de l’exposition We were five au Réattu.

Une page d’Aperture, revue américaine consacrée à la photographie et pionnière dans ce domaine. Photo R. Boutillier – ville d’Arles

La conférence se tiendra dans l’auditorium de l’Ecole nationale supérieure de la photographie, encore située au 16 rue des Arènes – avant son déménagement dans ses nouveaux locaux du boulevard Victor-Hugo, inaugurés le 1er juillet 2019. Elle sera suivie par une rencontre avec les intervenants dans la cour de l’école. Vendredi 5 juillet. Entrée libre.

Avec l’exposition We were five

Il flotte sur l’exposition We were five un agréable parfum de nostalgie. Cette rétrospective fait référence à un pan de l’histoire de la photographie américaine, à travers les images de cinq diplômés de l’Institute of Design, à l’origine de l’Ecole de Chicago. Ils s’appellent Joseph Jachna, Kenneth Josephson, Ray K.Metzker, Joseph Sterling, Charles Swedlund et leur travail est influencé par le Bauhaus (courant artistique européen d’avant-guerre). En 1961, leurs portfolios sont publiés dans Aperture, célèbre magazine américain spécialisé dans la photographie.

Les façades d’immeubles du quartier The loop à Chicago, photographiées par Barbara Crane. photo R. Boutillier – ville d’Arles

L’exposition We were five raconte l’émergence du mouvement artistique dont ces cinq hommes sont à l’origine, et qui va peu à peu va devenir un laboratoire d’expérimentation dans la recherche photographique. Beaucoup d’entre eux enseignent la photo et se questionnent sur la façon de transmettre cet art, cet artisanat. « La démarche du petit cercle de ces professeurs, de ces explorateurs à l’affût de nouvelles techniques, fait penser aux actions militantes des initiateurs des Rencontres d’Arles », souligne la galeriste François Paviot, commissaire de l’exposition avec Daniel Rouvier, directeur du musée Réattu. Dans les salles du deuxième étage du musée, sont accrochées des dizaines d’images montrant la foisonnante richesse, la diversité des sujets, l’esthétique abstraite ou hyperréaliste, abordés par ces auteurs, également des documents d’archives. Et parmi les œuvres de tous ces hommes, il y a celles d’une femme, l’Américaine Barbara Crane formée à l’Ecole de Chicago, aujourd’hui âgée de 90 ans. Elle a aussi bien photographié des immeubles que des scènes de plage dans les années soixante, soixante-dix. Il s’en dégage une étrange magie.

Retrouvez des images de l’exposition ici

Exposition We were five, à voir jusqu’au 29 septembre. Musée Réattu – 10, rue du Grand-Prieuré (fermé le lundi). Tél. 04 90 49 37 58. www.museereattu-arles.fr – Facebook Musée Réattu Arles