José Manrubia, Meryem Koufi, Leah Kruszweski, Colette Agrain présentent l’image de l’exposition Flamenca, les couleurs de la passion. Photo O. Quérette / ektadoc – ville d’Arles.

Le portrait glamour de Lola Flores, danseuse et actrice espagnole des années 1940 illustre l’affiche de l’exposition Flamenca, les couleurs de la passion tandis que le visage de Myriem Koufi, jeune chanteuse, rayonne sur l’image annonçant le Festival de Flamenco d’Arles. Deux femmes, deux manifestations liées entre elles par un seul homme : l’artiste arlésien José Manrubia que l’on connaît pour ses peintures de tauromachie et sa carrière de torero. En ce début août, il ajoute une corde à son arc avec l’organisation d’un événement festif autour du flamenco qui a pour originalité de marier chant et guitare. « Les festivals de flamenco privilégient en général la danse. Nous acons choisi des concerts sur le thème des voix et particulièrement celles des femmes, représentées à Arles par Meryem Koufi, qui propose également des stages de chant. Du côté musique, les guitaristes seront à l’honneur et pour commencer une jeune femme américaine, Leah Kruszweski, qui vit à Séville. Nous essayons de dépoussiérer ce monde un peu machiste », raconte José Manrubia. Le flamenco a l’art depuis le XVe siècle de faire se rencontrer les Musulmans, les Juifs, le Chrétiens, le peuple gitan venu d’Inde, ajoute l’Arlésien qui voit là le moyen de véhiculer cette expression vivante dans les quartiers. Un travail avec les centres sociaux est entrepris dans ce sens. Pour José, le flamenco est l’occasion de retrouver ses amis gitans auxquels il avait rendu hommage, l’année dernière, en les invitant à la première édition du Festival consacrée à la musique des gitans d’Algérie. A partir de celui-ci, le fil rouge sera donc les femmes qui s’investissent dans ce chant folklorique espagnol si riche et puissant. Les figures féminines ont aussi toute leur place dans l’exposition Flamenca, les couleurs de la passion. Des portraits de stars ou d’anonymes sont accrochés aux cimaises de la charmante galerie L’Hirondelle des Quais qu’a créée Colette Agrain sur les bords du Rhône à La Roquette. Ce sont des collages réalisés par Manrubia le plasticien, avec d’anciennes affiches et autres supports. « Je possède des monticules de papier que je recycle. Ainsi j’ai l’impression que l’arbre qui a fourni la matière, retrouve sa dignité en devenant une oeuvre » dit l’artiste très engagé dans le domaine de la protection de l’environnement.

Les concerts du Festival de Flamenco d’Arles, dans la cour de l’Archevêché : vendredi 9 août à 21h, Marian Fernandez et Leah Kruszweski – samedi 10 août, Meryem Koufi, Jero Ferec et Leah Kruszweski – dimanche 11 août : Laura Marchal et Jero Ferec. Entrée de 12 à 17 euros.

Exposition Flamenca, les couleurs de la passion : Galerie L’Hirondelle des Quais – La Roquette, à voir jusqu’au 15 août. Entrée libre.

Retrouvez les photos ici