Je tiens à dire toute ma sympathique aux élus de la droite républicaine de la Ville d’Arles et à  toute la famille gaulliste que je sais affectés par le décès de Jacques Chirac.
Le 26 août 1987,  alors premier ministre, il avait été accueilli par Jean-Pierre Camoin, maire d’Arles pour la présentation du projet de la médiathèque, dans l’espace Van Gogh. « C’est un projet superbe qui s’inscrit bien dans le prestige d’une cité qui fut l’une des plus grandes de ce qui fut plus tard la France »  avait-il déclaré.
Il était revenu à Arles en mars 1990, à l’occasion des Journées parlementaires du RPR. A cette occasion, sur le Livre d’Or de la commune, il avait écrit toute sa reconnaissance « aux habitants de cette superbe cité, 7e merveille du Monde ».
C’est en candidat à l’élection présidentielle, en février 95, que Jacques Chirac avait retrouvé notre Ville. Il en avait profité pour aller saluer Jeanne Calment. La doyenne de l’Humanité s’apprêtait à fêter ses 120 ans.
Il lui rendra un hommage officiel, deux ans plus tard, lors de son décès.

Hervé Schiavetti, maire d’Arles