Après la tornade qui a frappé Pont-de-Crau le 15 octobre 2019, Arles Info donne la parole aux sinistrés, aux secouristes et aux bénévoles qui ont été, et sont toujours au cœur de la catastrophe. Aujourd’hui Yahia, chauffeur de bus.

Photo SDIS 13

Yahia, 63 ans, chauffeur de bus / sinistré

« Juste avant que la tornade passe, j’étais en train de me préparer pour partir au travail. Le toit s’est mis à trembler. Ça faisait des bruits réguliers, comme si un avion bombardait le quartier, puis il y a eu un gros « boom ». J’ai été projeté contre la table de chevet et j’ai vu le toit se soulever et retomber sur les fondations. Dans la maison, tout s’est effondré. Mon épouse s’est retrouvée coincée sous les décombres. J’ai réussi à la dégager et on s’est mis à l’abri, en attendant les secours. Depuis, je ne trouve plus le sommeil. Les images et le bruit reviennent sans cesse dans ma tête. C’est comme si j’avais tout le temps des vertiges. J’étais dans cette maison depuis 1985. Tout ce que j’ai construit en 30 ans s’est envolé en 3 minutes. On se sent comme nus. »