Après la tornade qui a frappé Pont-de-Crau le 15 octobre 2019, Arles Info donne la parole aux sinistrés, aux secouristes et aux bénévoles qui ont été, et sont toujours au cœur de la catastrophe. Aujourd’hui l’adjudant-chef Colin, pompier.

Photo SDIS

Adjudant-chef Colin / pompier

« A 4h35 du matin, on nous a signalé par radio la chute d’un arbre sur une maison à Pont-de-Crau. En arrivant dans le quartier, on a commencé à voir des débris de briques et une grosse branche de platane sur la route, ainsi que des projections d’isolant contre les voitures et les clôtures. Une famille était déjà évacuée par des collègues au moyen d’une grande échelle. La priorité, c’était ça : prendre en charge d’éventuelles victimes. Nous avons commencé par fouiller les décombres et les étages, maison par maison. Il n’y avait que trois blessés légers. Un miracle. Un couple nous a raconté être sorti de son lit pour aller voir depuis la fenêtre d’une autre pièce ce qu’il se passait. Quand ils sont revenus dans leur chambre, la cheminée était tombée sur le lit. Certains ne réalisaient pas bien ce qu’il venait de se produire. Nous avons retrouvé une mamie dans sa chambre, elle ne s’était rendu compte de rien alors que sa maison n’avait plus de toit. Beaucoup de sinistrés étaient abasourdis, mais disaient déjà leur chance d’être en vie. Il n’y avait pas d’agitation, pas d’énervement. J’ai été frappé par le calme des gens, leur sang froid. »