Comment les traducteurs interprètent-ils l’humour d’une langue à l’autre et lui restituent-ils sa saveur initiale ? La question sera au cœur des 36èmes Assises de la Traduction Littéraire, du 8 au 10 novembre. organisées par l’association ATLAS, elles sont consacrées à l’humour sous ses différentes formes.

photo Frog Prince Crown – Pixabay.com

Comme d’habitude le thème est nourri de rencontres autour d’oeuvres et auteurs, de lectures, de tables rondes, et débats avec des professionnels de la traduction, où est invité le public. Cette année les Assises s’ouvrent et se terminent à la chapelle du Méjan. « L’art du rire », une conférence ludique sur les lois du comique, imaginée par le comédien, metteur-en-scène, enseignant Jos Houben, donne le ton dès le vendredi 8 novembre à 15h15. Le jazzman Manuel Rocheman s’interroge, lui, sur l’humour des musiciens, dans « Y a-t-il un pianiste dans l’avion ? » (dimanche 10 novembre à 14h). Elise Caron et Bruno Chevillon concluent, en musique une nouvelle fois, avec le « chant final » (le 10 novembre à 16h15). Entre ces trois moments, on pourra participer à un des dix ateliers de traduction, assister à la remise du prix ATLAS des lycéens et celui de la ville d’Arles, se rendre au réveil littéraire au Collège international des Traducteurs (samedi 9 novembre à 9h30).

Cette édition livrera aussi les premiers résultats d’une étude sur l’utilisation de l’intelligence artificielle en traduction. Faudra-t-il en rire ?

Assises de la Traduction littéraire, du 8 au 10 novembre. Gratuit pour les Arlésiens. Inscription aux ateliers www.atlas-citl.org/36es-assises-de-la-traduction-littéraire

Retrouvez le programme en détail ici.