Lancée par le ministère de l’Éducation nationale dans la perspective des JO de Paris 2024, la Semaine olympique et paralympique (3-8 février 2020) vise à sensibiliser les jeunes aux valeurs olympique, les éveiller à l’engagement bénévole, ou encore faire changer leur regard sur le handicap. A Arles, le lycée Privat et l’école de Gageron ont décidé de s’associer pour travailler sur cette dernière thématique, dans le cadre d’une grande journée organisée mardi 4 février au Pôle sportif Fournier. 75 lycéens et écoliers s’y sont réunis, et ont été mis en situation de handicap, « pour comprendre concrètement ce que vivent les personnes handicapées » explique Thomas Ramond, professeur d’EPS au lycée Privat et initiateur du projet.

Ballon à grelots et masques sur les yeux, les élèves se sont notamment essayé au cecifoot, discipline paralympique. L’après-midi, plus question de sport, mais de mise en situation via des ateliers découverte du braille, peinture sans bras et gestes de la vie quotidienne (débarrasser, s’habiller…). Deux handi-secouristes étaient également présents pour apprendre aux élèves les gestes qui sauvent, et leur rappeler que les personnes en situation de handicap peuvent elles aussi – depuis 2017 – obtenir leur diplôme de secouristes. « Le principe est simple: je sais, tu fais, nous sauvons » répond Nasredine Oulhaci, formateur Croix Blanche, à un élève lui demandant comment il pouvait porter secours à quelqu’un depuis son fauteuil roulant. « Si on est diplômé, c’est qu’on est capable, on est handi-capable » insiste-t-il.

« Tout cette semaine, nous travaillons également en classe sur le sujet du handicap, détaille Vanessa Mastrantuono, institutrice à l’école de Gageron. Les enfants sont très réceptifs et en parlent ensuite beaucoup chez eux avec leurs parents. » Les enseignants de la petite école camarguaise, comme ceux du lycée Privat, espèrent développer et renouveler l’événement chaque année, jusqu’aux Jeux Olympique 2024.