Entourés par la Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur et les élus de la Ville, les triomphateurs : Juan Bautista et son épouse, Anne-Céline Jalabert, le novillero Tristan Espigue, le raseteur Ludovic Bressy, les éleveurs de la manade Lautier et de la manade des Baumelles. photo P. Praliaud, ville d’Arles.

Toreros, raseteurs, éleveurs : ils portent à leur plus haut niveau les traditions de la course camarguaise et de la corrida. La Commission taurine extra-municipale, présidée par Sandra Monteils (pour la section corrida) et Annie Gueyraud (section course camarguaise) a remis ses trophées pour la temporada 2019, le 21 février, en salle d’honneur de l’Hôtel-de-Ville. Sans surprise, tant son « toreo » lors de la Goyesque de la Feria du riz, le 7 septembre 2019, a marqué les mémoires, Juan Bautista a reçu le trophée de meilleur torero. Les spécialistes se sont d’ailleurs interrogés : avait-on déjà vu un torero grâcier le dernier toro de sa carrière, en célébrant les 20 ans de son alternative ? L’épouse du maestro, Anne-Céline Jalabert, a été également honorée car sa prestation – elle a chanté un vibrant « Hymne à l’amour » à la fin de la corrida – a contribué à en faire un moment historique.

Jean-Baptiste Jalabert a, comme toujours, répondu de bonne grâce aux sollicitations des aficionados. photo P. Praliaud/ville d’Arles.

Ont été également récompensés au cours de cette soirée, les novilleros Tristan Espigue et El Rafi. Le rejoneador Diego Ventura et la ganaderia Jandilla se verront remettre leur trophée à la Feria de Pâques.

Du côté de la course camarguaise, Ludovic Bressy, vainqueur du crochet d’or, les manades Lautier et des Baumelles ont été récompensées, tandis que Joachim Cadenas, le vainqueur de la Cocarde d’or, absent, a adressé un message de remerciement, en soulignant l’importance de chaque prix reçu : « cela représente l’aboutissement d’un travail« .

Retrouvez les photos de la cérémonie sur phototheque.arles.fr