photo ville d’Arles.

L’hôpital Joseph-Imbert, l’établissement de référence du pays d’Arles pour faire face à l’épidémie, n’accueille à la date du mercredi 18 mars qu’un seul patient confirmé Covid-19, dans un état satisfaisant laissant présager une sortie d’ici la fin de la semaine. 

Le personnel de l’hôpital est mobilisé pour répondre aux urgences et un dispositif spécifique d’accueil des patients, qui sera ajusté en fonction de l’évolution de la situation, est opérationnel. Le service de réanimation a été renforcé afin de porter à 15 le nombre de lits disponibles. Les consultations externes et les opérations non urgentes ont été annulées. Une cellule de crise, réunissant les médecins directement concernés par la gestion de l’épidémie, la praticienne hygiéniste, des membres de l’équipe de direction et la secrétaire du  Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), se réunit tous les jours. Enfin, les équipements de protection font l’objet d’une gestion rigoureuse et de recommandations pour un usage approprié auprès du personnel.

Les urgences organisées. La consigne pour les personnes présentant des symptômes reste d’appeler son médecin traitant ou le 15 au préalable à toute venue aux urgences, où un circuit spécifique est désormais mis en place. Deux accès ont été créés : l’un est dédié aux urgences respiratoires, l’autre concerne tous les autres types de situation. Les patients qui présentent les symptômes caractéristiques du virus (toux et/ou fièvre, problèmes respiratoires) sont accueillis, de jour comme de nuit, dans une tente médicale montée à l’arrière du bâtiment des urgences et n’entrent ainsi pas en contact avec les personnes qui se présentent à l’hôpital. L’examen médical pratiqué permet d’orienter chaque patient : à son domicile avec des consignes et un suivi effectué par un médecin de ville, à l’hôpital dans l’unité dédiée Covid ou enfin, en réanimation si nécessaire. 

Une unité d’hospitalisation dédiée. L’unité d’hospitalisation Covid est isolée des autres services et dispose d’un système d’aération spécifique. Elle accueille les patients confirmés ou en attente de cette confirmation. En cas de test négatif, le patient est alors transféré dans une unité d’hospitalisation classique. Les patients dont la contamination est avérée et qui ont besoin d’un examen d’imagerie ou d’une intervention chirurgicale suivent un parcours spécifique au sein de l’hôpital afin de ne croiser aucun autre malade.