Les opérations de nettoiement des rues débutent à 6 heures. Photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Depuis le début du confinement, la ville d’Arles procède au nettoyage et à la désinfection réguliers des rues de la commune. Environ dix agents du service municipal du nettoiement sont mobilisés chaque jour. Les agents interviennent notamment tous les jours devant les pharmacies du centre-ville, devant les centres médicaux de la route de la Crau et de l’avenue Lamartine, dans les toilettes publiques ouvertes et deux fois par semaine dans les douches publiques. 

Deux laveuses (l’une d’une capacité de 2000 litres réservée au centre-ville et à ses rues étroites et l’autre d’une capacité de 6000 litres) sont utilisées. Dans leurs cuves, un détergent désinfectant concentré, qui nettoie, désinfecte et désodorise toutes les surfaces, agréé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). C’est ce produit qui est utilisé toute l’année, notamment après les marchés. 

Les agents passent aussi dans les quartiers, comme ici à Griffeuille. photo O. Quérette/ektadoc/ville d’Arles.

Ainsi, le service nettoiement de la Ville n’a pas recours à de l’eau de javel, comme le font d’autres communes. L’usage de ce désinfectant vient d’ailleurs d’être déconseillé par l’ARS (Agence régionale de santé) en raison du danger potentiel pour l’environnement et de son caractère « inutile, la charge virale dans l’environnement étant négligeable ». En attendant l’élaboration d’un protocole précis par l’ANSES, l’ARS conseille de « maintenir le nettoyage des rues, avec les matériels et les équipements de protection individuelle habituels ».