La distribution de sacs de produits alimentaires est assurée dans les différents quartiers d’Arles, comme ici au Trébon, le vendredi. photo R. Boutillier/ville d’Arles.

Rester au plus près des personnes qui en ont besoin en respectant les règles du confinement : c’est le défi de l’antenne du Pays d’Arles de l’association, qui, depuis le 23 mars, organise des tournées de distribution de produits alimentaires dans les différents quartiers de la ville.

Dès le 13 mars, quelques jours avant le début du confinement, les responsables ont fermé l’accès au local de l’avenue de Hongrie et reçu les familles bénéficiaires dans la cour située devant. Puis, dès le 23 mars, l’association a mis en place cette tournée qui évite aux familles inscrites auprès de l’association de devoir se déplacer. Désormais, c’est au plus près de leur domicile qu’elles peuvent venir chercher les sacs de provision et les produits frais distribués par les bénévoles du Secours Populaire.

La distribution des produits s’effectue dans le respect des gestes de protection pour éviter la propagation du Covid-19. Photo R. Boutillier/ville d’Arles.
photo R. Boutillier/ville d’Arles.

Tous les matins, un groupe de bénévoles fait « la ramasse », c’est-à-dire qu’il récupère les invendus auprès des supermarchés arlésiens, puis constitue les sacs de provision. Des donateurs se sont manifestés : un producteur de Tarascon, une enseigne de restauration, un distributeur de viande … 30 à 40 paquets sont ainsi constitués par jour. Mais désormais, l’association aurait besoin de produits d’hygiène à glisser dans les sacs.

L’après-midi est consacré à la distribution. Les deux camions de l’association sont le lundi à Barriol, le mardi à Griffeuille, le jeudi au centre-ville et le vendredi au Trébon. La distribution est organisée de façon à respecter les gestes barrière contre la propagation du virus Covid-19.

Si le nombre de bénévoles a augmenté depuis le début de la crise – ils sont ainsi 25 à se relayer pour assurer les distributions- le nombre de bénéficiaire aussi. « On a constaté une augmentation de 25% de la demande » relaie l’un des membres de l’association, qui alerte sur les besoins de l’association.