L’autorisation préfectorale est tombée vendredi 7 juillet : la feria du Riz aura bien lieu du 11 au 13 septembre à Arles, avec des mesures sanitaires strictes dans les arènes comme dans la rue.

Le rejoneador Diego Ventura est à l’affiche. / Olivier Quérette – Ektadoc – Ville d’Arles.

C’est un petit exploit qu’ont réalisé les arènes d’Arles. En quelques semaines, Jean-Baptiste Jalabert et son équipe ont dû réécrire l’histoire de la feria qui doit se tenir du 11 au 13 septembre. Balayer la programmation initiale, ré-imaginer les cartels, et adapter les spectacles à la situation sanitaire (voir ci-dessous) pour obtenir l’autorisation préfectorale, tombée hier, vendredi 7 août. Le plateau a fier allure, avec des toreros qu’on ne verra nulle part ailleurs en France cette année. Et pas des moindre : El Juli, qui règne depuis 20 ans sur la corrida à pied, et Diego Ventura, nouveau roi de la corrida à cheval, pour ne citer qu’eux. « Ils ont fait un énorme effort pour être à l’affiche à Arles, salue Jean-Baptiste Jalabert, qui a diffusé les cartels ce samedi 8 août. Vu le contexte, nous sommes particulièrement fiers de pouvoir présenter des cartels de cette qualité. » Plus d’un an après le dernier paseo, les arènes d’Arles vont donc de nouveau vibrer.

« Je suis très heureux que l’année 2020 permette à Arles de vivre une feria du Riz, a souligné le maire d’Arles, Patrick de Carolis. « Nous avons imaginé une feria responsable, et je remercie l’empresa Jean-Baptiste Jalabert pour son opiniâtreté à proposer, en dépit de la crise sanitaire et dans les meilleures conditions possibles, cette feria du Riz 2020. Je le remercie aussi pour la qualité des cartels proposés, connaissant les difficultés qu’il a dû affronter en cette période difficile pour le monde de l’aficion. Nous devrons tous être vigilants pour respecter les mesures sanitaires et ainsi pouvoir continuer à célébrer, deux fois par an, ici à Arles, l’aficion et la fe di biou.

Je suis heureux que le conseil municipal ait voté ma proposition d’une journée exceptionnelle de congé donnée aux agents municipaux et à ceux du CCAS, pour le vendredi 11 septembre, à l’occasion de la Cocarde d’Or. Certes c’est une mesure exceptionnelle, puisque cette journée reviendra à Pâques dès 2021. Mais nos élevages et notre territoire ont besoin de ce soutien au monde de la bouvino. »

Pas de bodega, et des règles sanitaires strictes

Pour pouvoir maintenir la feria dans les rues, la Ville a défini des règles sanitaires très strictes. Il n’y aura donc pas de bodega ni de comptoir dans les rues, et seuls les cafés et restaurants arlésiens pourront ouvrir, avec fermeture obligatoire à une heure du matin. Il n’y aura pas non plus de lâchers de taureaux ni d’arènes portatives. Des fanfares déambuleront dans la rue mais aucune animation statique sera autorisée. Les terrasses existantes seront étendues pour assurer au mieux les mesures de distanciation et notamment l’obligation pour les clients de se maintenir en position assise.

Les cartels à la loupe

Vendredi 11 septembre à 17h : Cocarde d’or – Taureaux Mari Peu (Gillet), Lou Tai (Guillerme), Chico (Lautier), Chico (Les Baumelles), Bigarra (Fabre-Mailhan), Trocadero (Saumade), Dardaillon (Cuillé).

Samedi 12 septembre à 17h : El Juli, Paco Ureña, Adrien Salenc (corrida concours avec des toros de Victoriano del Rio, Jandilla, Santiago Domecq, Garcigrande, Alcurrucen, Pages Mailhan).

Dimanche 13 septembre à 11h : novillada mixte 100% arlésienne avec Adam Samira, Tristan Espigue et Fabien Castellani (2 novillos de Fernay, 2 novillos de Yonnet, 2 becerros de Jalabert).

Dimanche 13 septembre à 17h : corrida mixte avec le torero à cheval Diego Ventura (2 toros de Los Espartales, 1 toros de Prieto de la Cal), et le matador Antonio Ferrera (2 toros de Zalduendo, 1 toros de La Quinta).

Réservations : 0891700370 ou arenes-arles.com

Les mesures sanitaires dans les arènes
5000 spectateurs maximum
Groupe de spectateurs limités à 10 personnes
1,50m entre chaque groupe de spectateurs
Port du masque obligatoire
Entrées et sorties du public organisées de manière échelonnée
Vente de boissons au comptoir interdite