La sécurité est l’affaire de tous. Un refrain mille fois entendu mais pas toujours mis en œuvre, comme en témoigne la « réanimation » du Conseil Communal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CLSPDR), mardi 17 novembre. Et c’est le préfet de police des Bouches-du Rhône, Emmanuel Barbe, accompagné de Laurent Gumbau, Procureur de la République près du Tribunal judiciaire de Tarascon et Patrick de Carolis, maire d’Arles et président de l’ACCM qui en ont signé la charte et le règlement intérieur. Dès les premiers jours de décembre, le CLSPDR entamera ses travaux, avec les acteurs des services de police et de gendarmerie, les acteurs sociaux et les élus dont les délégations sont concernées: Mmes Graillon, Ferrand-Coccia et Fort-Guintoli, ainsi que le Dr Erick Souque.

Trois réponses

« Il ne s’agit pas, en matière de sécurité, de laisser faire l’État, mais d’unir nos forces, avec nos moyens. Vous êtes un entrepreneur, vous êtes venu me voir dès les premiers jours de votre mandat, vous êtes dans l’action » a exposé en préambule le Préfet de police, qui a salué le travail du CLSPDR, « qui permet de travailler entre porteurs d’intérêts, de façon permanente« . Il a donc noté la triple démarche de la Ville, qui apporte une réponse de sécurité avec le doublement des effectifs de police municipale d’ici juin 2021, crée un hôtel de police municipal, et surtout, assorti ces mesures d’un travail social et d’un travail urbanistique en défendant politiquement, le projet de rénovation urbaine à Barriol.

Il a aussi précisé « avoir appuyé votre demande de contrat de sécurité intégré faite au Premier ministre« . Ces contrats, permettent un renforcement des effectifs de police nationale, pour les villes qui, de leur côté, investissent et œuvrent concrètement à la réduction de la délinquance (social, formation, police municipale, video-protection…).

Pour sa part, Laurent Gumbau, procureur a insisté sur la délinquance des mineurs et la réponse sociale que l’on doit apporter, tout en se félicitant de l’acquisition de cameras de video-protection par la Ville d’Arles (bientôt reliées à l’hôtel de police municipale): « Ces caméras sont vraiment déterminantes pour la consolidation des enquêtes et la dissuasion« .

La charte signée ensuite, expose les modalités de confidentialité et le règlement intérieur du nouveau conseil.