Frédéric Imbert, adjoint délégué à l’Éducation a rencontré aussi, le personnel des écoles au cours de cette opération exceptionnelle. Des négociations vont être mises en œuvre avec les organisations syndicales pour parvenir, avec elles, à un service minimum. Photo Philippe Praliaud/Ville d’Arles

Cantines: un dispositif alternatif exceptionnel mis en place.

Le rêve secret de Faustine est de devenir Reine d’Arles. Elle l’a raconté au maire Patrick de Carolis, qui l’a rencontrée vendredi 27 novembre, à l’école Louis-Pergaud, accompagné de Frédéric Imbert, adjoint délégué à l’Education et aux écoles et de Gérard Quaix, adjoint du quartier de Raphèle.

Car au vu d’un préavis de grève touchant notamment le personnel des écoles, Faustine a failli manquer l’école et son déjeuner à la cantine. Finalement, les parents d’élèves, épuisés « par plusieurs années où nous nous sommes retrouvés sans cantine ni surveillance pour nos enfants » ont pu déposer leurs enfants à l’école sereinement ce matin. « Nous avions décidé de ne pas les mettre à l’école aujourd’hui. Mais là, nous avons été reçus, écoutés et des aides sont venues à la fois pour le déjeuner et la surveillance. Alors, ils sont tous là » commente Delphine Moya, déléguée des parents d’élèves de l’école.

Faustine a adoré donc, rester avec ses copines. Au menu : salade niçoise, chips, fromage et dessert. Rassurant pour le directeur, Christophe Vasserot, qui regrette « que jusqu’à présent, quand ce type de grève avait lieu, beaucoup de parents ne mettaient pas leurs enfants à l’école et cet absentéisme est préoccupant« . Pour le maire, ce dispositif alternatif est exceptionnel: « Le droit de grève est inscrit dans la Constitution de notre pays. Le droit des enfants à pouvoir apprendre, dans des conditions de sécurité décentes aussi. Dans les semaines à venir je m’engage à entrer dans une démarche avec les organisations syndicales, pour élaborer un service minimum (..) » 

Un dispositif complet

En effet, mardi soir (lire 24 novembre 2020), 23 cantines étaient identifiées comme étant fermées ce vendredi 27 novembre. Un dispositif alternatif exceptionnel a donc été mis en place en urgence : 

– 1200 repas froids individuels ont été commandés mardi à 18h

– 142 repas froids collectifs ont été commandé mercredi matin

– 411 repas chauds ont été reprogrammés

L’EPARCA a répondu en urgence à ces demandes en fonction des capacités d’approvisionnements.

A ce jour, vendredi 27 novembre, il ne reste que 7 écoles avec des agents grévistes.