Le maire Patrick de Carolis a visité le mercredi 3 mars 2021.
Photo Florent Gardin / Ville d’Arles

L’épareuse de la Ville d’Arles s’est mise en route mercredi 3 mars au matin. L’objectif : faire du propre sur les berges du canal d’Arles à Bouc, entre la rue Jean Charcot et le pont Van-Gogh. Exit les herbes folles aux abords de cette portion de la ViaRhôna, que les Arlésiens affectionnent tant pour leurs balades et leurs footing. « Quand on a la chance d’avoir un site comme celui-là, il faut en prendre soin, ne pas le gâcher, insiste le maire d’Arles Patrick de Carolis, qui s’est rendu sur place pour un état des lieux. Il faut le rendre plus agréable, et je salue d’ailleurs l’action des pêcheurs qui contribuent à sauvegarder le site. » Plus de 1600 arbres et végétaux ont déjà été plantées fin 2019, en collaboration avec l’association « Un enfant – Un jardin » et des dizaines d’écoliers arlésiens.

Patrick de Carolis aux côtés d’Emilie Delerue, paysagiste qui travaille sur le projet
de réhabilitation du site. Photo Florent Gardin Ville d’Arles

« Pour favoriser la biodiversité sur le site il y a trois types d’espaces : ceux qui ne sont pratiquement jamais fauchés (plantations d’arbres et d’arbustes), ceux qui sont fauchés deux fois par an pour laisser les plantes fleurir et grainer pour permettre aux insectes et oiseaux de coloniser le site, et ceux qui sont tondus régulièrement pour être praticables par le public » détaille Colette Allard-Vernier, responsable service développement durable mairie d’Arles. « Il faut poursuivre la mise en valeur de ce site en conciliant la propreté des espaces verts et la biodiversité, et en tenant compte de sa proximité avec la ville » explique Catherine Balguerie-Raulet, adjointe aux espaces naturels. Une réflexion est donc lancée pour accélérer la réhabilitation des lieux.

L’épareuse du service voirie a entamé cette semaine une opération de faucardage.
hoto Florent Gardin / Ville d’Arles