Suivre un cursus universitaire depuis sa ville, en travaillant au sein de ce campus 2.0, est la nouvelle opportunité offerte aux jeunes du Pays d’Arles dès la rentrée 2021

Il est l’un des projets les plus importants de la nouvelle mandature :  « faire d’Arles un campus universitaire qui accueillera plus de 2 000 étudiants d’ici la fin du mandat.  Mais la priorité est aussi de permettre aux étudiants arlésiens de profiter des enseignements d’Aix-Marseille Université et d’autres campus dans l’Hexagone, sans pour autant quitter la ville, engager des frais de location… » rappelle souvent le maire, Patrick de Carolis.

La solution ? Le campus connecté auquel la Ville d’Arles vient d’accéder et qui était présenté par Bernard Beignier,  Recteur de la région académique Provence-Alpes-Côte d’Azur, Philippe Dulbecco, Recteur délégué pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Provence-Alpes-Côte d’Azur et Eric Berton,  Président d’Aix-Marseille Université et Patrick de Carolis.

Installé dans les locaux du collège Van-Gogh, aménagés dans ce but, il permettra aux étudiants de bénéficier de ces enseignements, soutenus par un tuteur.

Pas de e-learning

Pour autant, pas question de se retrouver seul derrière son ordinateur : la crise sanitaire est passée par là, qui a mis en évidence la solitude et les dégats occasionnés par l’isolement. Au contraire, « l’étudiant inscrit via Parcours Sup – il existe un onglet spécifique pour les formations connectées ndlr –, suit les cours depuis le campus, il est en contact avec les autres, travaille avec eux et le tuteur » explique Philippe Dulbecco. Comme ses pairs, il croit profondément « que ce n’est pas seulement un projet, c’est l’orientation que nous voulons donner à l’enseignement supérieur ».

Côté label, attribué à Arles et qui permet, via le Programme d’investissement d’avenir, d’obtenir une aide de 300 000€ pour cinq ans, n’est pas anodin : « cela permet de lutter contre deux dérèglements dans notre pays : le dérèglement territorial qui vide les villes au profit des métropoles (..) et le dérèglement estudiantin qui entraine le redoublement de la moitié des étudiants de première année ».

« Aix-Marseille Université  a été très sollicitée par de nombreuses villes. Mais nous avons choisi de mettre toutes nos forces dans celles qui ont un projet global : nous l’avons trouvé à Arles » explique Eric Berton. En clair : outre son territoire spécifique, Arles a mis en place une politique de développement économique et de formations, pour mettre en adéquation formations et offres d’emplois, en lien avec l’ADN de la Ville. Ce sont les formations autour du numérique et de la création, des métiers de la main, du fleuve, du patrimoine…

Ce qui n’empêchera nullement les étudiants de choisir d’autres filières, comme médecine par exemple, ou l’une des innombrables possibilités (y compris à l’international) que propose Aix-Marseille Université. Ils pourront bénéficier aussi, comme tous les autres étudiants, d’une cellule d’aide pour trouver emploi, stages ou jobs d’été.

Patrick de Carolis, accompagné de Frédéric Imbert, adjoint délégué à l’Enseignement et Sylvère Bastien, conseiller municipal en charge de la Formation et de l’Emploi, véritables chevilles ouvrières de ce campus, voit s’ouvrir ainsi, la voie vers son projet : accueillir à Arles, ville de culture, un vrai campus qui verra le jour, à terme, aux Minimes. D’ici là, de nouvelles formations vont voir le jour et, dès la rentrée 2021, une trentaine de jeunes au sein du campus connecté.