L’an II de la place Wilson est lancé: conformément à son souhait, le projet d’aménagement de ce lieu a été soumis à la concertation des riverains, mardi 29 juillet, en salle d’honneur de la mairie d’Arles. Désormais débarrassée de ses véhicules, la place va faire l’objet d’un nouveau revêtement (dans le style de celui retenu pour l’Ecole Nationale de la Photographie). Dans la foulée, il s’agit de trouver le meilleur emplacement pour la gestion des déchets et, ce qui a aussi fait débat, l’implantation d’une fontaine moderne ou de style ancien, en bordure de la rue de la Rotonde. Le maire, accompagné de Jean-Michel Jalabert, premier adjoint et de Sophie Aspord, adjointe déléguée notamment à l’urbanisme et au patrimoine, a présenté le projet qui verra le jour cette année.

Les débats ont été nourris, mais le projet a séduit les riverains et les commerces installés sur cette place qui ouvre, depuis les Lices, vers la rue de la République et le centre ancien.

Concertation lancée avec les riverains de la place Wilson, par Patrick de Carolis, avec Jean-Michel Jalabert et Sophie Aspord. R. Boutillier / Ville d’Arles

D’autres rénovations en projet

Ce projet, présenté par l’architecte Renzo Wieder devant une trentaine de personnes, est le premier d’une série lancée dans le cadre du programme Action Coeur de Ville, porté par la municipalité. Si tous feront l’objet aussi de concertation et discussions avec les riverains, ils s’échelonneront entre 2022 et 2025

C’est ainsi que la place Antonelle, la place Henri-de-Borgnier, mais aussi la place Nina-Berberova ou l’Esplanade Charles de -Gaulle et celle de la Cavalerie font être refaites. Objectif: les rendre vivantes, accueillantes, arborées et dotées de fontaines partout où c’est possible. Cela suppose aussi, une révision du plan de stationnement, afin de laisser à ces places toute leur lisibilité : chaque lieu piéton suppose en effet, que l’on puisse proposer aux riverains un report vers un parking de proximité.

Un très vaste chantier donc, qui avec ses diverses facettes va redessiner le coeur de ville, sa circulation et son stationnement. Au profit aussi, de modes de circulations doux, « parce que notre priorité est aussi, la protection de l’environnement tout autant que la vie des Arlésiens« .