Photo Ville d’Arles

Ryan s’élance dans le vide. Il vient de quitter le toit d’un immeuble d’une vingtaine de mètres et glisse de plus en plus vite vers la cime d’un arbre planté de l’autre côté de la rue (voir vidéo ci-dessous), sous les encouragements de ses copains du quartier et du maire Patrick de Carolis, venu assister à ce spectacle insolite. Depuis lundi, la compagnie Gratte Ciel a posé ses baudriers, ses échelles et ses tyroliennes rue Horace Richebé, au cœur du Trébon. Toute la semaine, les jeunes du quartier ont pu escalader leurs immeubles, danser en rappel sur les murs, grimper aux arbres, survoler les rues… Samedi 6 novembre à partir de 11 heures, ces activités seront ouvertes à tous et à 15 heures, les professionnels de Gratte Ciel offriront au public une grande démonstration, animée par un Dj et ponctuée par un goûter.

C’est à la compagnie arlésienne que l’ont doit « Trébon vertical », cette opération originale expérimentée l’été dernier à l’occasion du festival du cirque de Châlons-en-Champagne. « On s’est éclaté et les jeunes ont adoré, donc on s’est dit qu’il fallait faire pareil chez nous, à Arles » raconte Camille Beaumier, productrice artistique de la compagnie. C’est donc chose faite, grâce au concours de la Préfecture, la Drac Paca, la Fondation Impact Jeunes, le bailleur Unicil, l’association Mwanama et la Ville d’Arles. « Ça fonctionne tellement bien qu’on songe déjà à pérenniser l’opération » glisse Camille Beaumier. Ryan serait sans doute le premier partant…