Arles et l’élevage des brebis, une vieille et grande histoire. La Maison de la transhumance organise les 13 et 14 novembre les premières Rencontres du Mérinos d’Arles.
Exposition, tables-rondes et présentation de produits innovants seront au programme le samedi 13 novembre, à la chapelle du Méjan tandis qu’une grande transhumance, avec près de 1500 brebis, est prévue le dimanche 14 novembre dans les rues d’Arles, pour marquer les cent ans du Syndicat des éleveurs du Mérinos d’Arles.

Le programme

Samedi 13 novembre :
chapelle du Méjan à partir de 16h produits innovants en laine Mérinos d’Arles, exposition et présentation du GR®69 La Routo qui relie Arles au Piémont italien. À 17h, table-ronde Quel avenir pour la laine mérinos d’Arles, la plus fine d’Europe ? À 18h30 projection du film Sur la route des bergers, suivie d’une dégustation de produits pastoraux.
Dimanche 14 novembre : transhumance, avec près de 1500 brebis, dans les rues d’Arles à partir de 10h30 au départ du boulevard Clemenceau, puis boulevard des Lices, Montée Vauban, rue Porte de Laure, place Henri de Bornier, rond-point des Arènes, rue du Refuge, rue Portagnel, boulevard Émile-Combes, carrefour de la Croisière, boulevard des Lices, et retour sur le boulevard Clemenceau.
www.transhumance.org
Attention en raison de l’organisation de la transhumance, dimanche 14 novembre :
– le stationnement sera interdit de 5h à 13h sur le boulevard Clemenceau, la place des Pescaïres, boulevard des Lices, Montée Vauban, rue Porte de Laure, place Henri de Bornier, rond-point des Arènes.
– la circulation sera interdite de 9h à 13h boulevard Clemenceau, boulevard des Lices, montée Vauban, rue Porte de Laure, et à l’avancement du troupeau sur le reste du parcours.

En coordination avec ces Rencontres, le Comité d’Intérêt de Quartier de L’Hauture, quartier historique des bergers, organise de nombreuses animations et rencontres sur la thématique « Bergers d’ici et d’ailleurs ». arles-agenda.fr

Photo : Syndicat des éleveurs du Mérinos d’Arles

3 questions à Luc Bourgeois, éleveur et président du Syndicat des éleveurs de Mérinos d’Arles

Quel est le but des Rencontres du Mérinos d’Arles, organisées à Arles les 13 et 14 novembre ?
Nous souhaitons vraiment rapprocher les habitants des animaux de leur territoire. Notre laine est très valorisée à l’étranger mais ici, peu de gens savent que leur territoire compte 130 000 brebis, 150 éleveurs (dont 130 adhérents au Syndicat). A travers les rencontres, nous expliquerons ce qu’est le métier de berger, avec une transhumance de 1300 brebis dans les rues d’Arles, nous montrerons comment peut être utilisée notre laine et nous évoquerons bien sûr les enjeux économiques.

Quelles sont les caractéristiques du mérinos d’Arles ?
La race mérinos d’Arles, qui est apparue dans le sud-est de la France au XIXème siècle, présente une laine abondante, particulièrement fine. C’est même la plus fine d’Europe, ce qui la rend particulièrement recherchée, notamment pour la confection. De plus, son instinct grégaire marqué fait qu’il facilite la transhumance. Or nos brebis quittent tous les ans les plaines de la Crau en juin à pour rejoindre les estives alpines jusqu’en octobre. C’est juste le moyen de transport qui a changé : aujourd’hui, la transhumance se fait en camion.

Quels sont les enjeux économiques de la filière ?
L’essentiel de la production de laine est exportée à l’étranger, mais on sent émerger chez nous, depuis la crise sanitaire, une volonté de consommer local. Il faut pouvoir répondre à cette demande. L’autre enjeu est d’ attirer des jeunes générations pour remplacer la génération des éleveurs, en prouvant que c’est un métier d’avenir. Les Rencontres du Mérinos ont aussi pour but de susciter des vocations !