La Ville vient de recruter deux gardes champêtres avec pour mission de renforcer la sécurité dans les villages et hameaux.

Reçus par monsieur le Maire dès leur prise de fonction, fin juillet, les nouveaux agents étaient à Raphèle jeudi 4 août, pour une présentation de leurs missions, aux côtés de l’adjointe à la sécurité Mandy Graillon, des élus des villages Gérard Quaix, adjoint de Raphèle et Denis Bausch, adjoint de Moulès, ainsi que du chef de la Police municipale Stéphan Guérri et du responsable du Pôle incivilités Jean-Marc Manin. (Photo P. Praliaud /Ville d’Arles)

Depuis plus de trente ans ce corps de métier avait disparu des effectifs municipaux. « Le retour des gardes champêtres répond à la volonté de la municipalité de créer une police rurale présente au quotidien dans les villages » explique l’adjointe à la sécurité Mandy Graillon. « 20% de la population arlésienne vit en zone rurale, il est indispensable d’assurer la sécurité de ces habitants » ajoute Gérard Quaix, adjoint de Raphèle.

La Ville d’Arles a recruté cet été un premier binôme de gardes champêtres. Ils sont équipés de moyens techniques à la pointe et d’un véhicule pour sillonner le territoire de la commune. Photo P. Praliaud / Ville d’Arles)

Le garde champêtre, un gardien de l’environnement aux forts pouvoirs judiciaires
Derrière une appellation certes un peu désuète, cette fonction couvre un large champ d’intervention et répond à de nouvelles attentes. La polyvalence de ces agents et leur compétence dans plus de 150 domaines, ont motivé le choix de la municipalité. Les gardes champêtres sont dotés des mêmes pouvoirs que la police municipale, notamment en matière d’incivilités et du code de la route, mais ils sont également habilités à appliquer le code de l’environnement. Ils peuvent enquêter et constater les infractions dans le domaine de l’eau, des réserves naturelles, de la chasse, de la pêche, etc.
Ces nouveaux agents viennent compléter les effectifs de la police municipale et sont rattachés au pôle incivilités. « Ce corps de métier qui a été délaissé, revient en force depuis deux ans. Compte tenu de la spécificité du territoire arlésien, ce recrutement était indispensable » confie Stéphan Guerri, à la tête de la police municipale. Et ce n’est qu’une première étape puisqu’en 2023 l’équipe des policiers ruraux sera renforcée par deux gardes.

Le code de l’environnement est de plus en plus répressif. Disposant du droit d’enquête, les gardes champêtres peuvent fouiller, comme sur ce dépôt sauvage polluant la nature à Raphèle, et rechercher les contrevenants. (Photo P. Praliaud Ville d’Arles)

Cette première équipe de police rurale est composée d’un agent expérimenté, fort de plus de 20 ans d’activité dans le domaine et d’un jeune Arlésien qui souhaitait se mettre au service de la population dans le cadre d’un métier en lien avec la nature. Un binôme complémentaire et déjà opérationnel pour lutter contre les incivilités et assurer des actions de proximité pour la sécurité des habitants dans les zones rurales de la commune.

Une réunion publique est prévue à Raphèle, le 5 septembre prochain, afin de présenter ces nouveaux agents aux habitants.
Pour joindre la police rurale, contacter les mairies annexes dans les villages ou la police municipale tél. 04 90 49 39 92.